Les troubles de 1838 à Napierville: la suite

Est-ce vraiment nécessaire que je vous parle des trois petits cochons de mon arrière-arrière-grand-père David Alexandre?

Oui, justement, je pense que c’est nécessaire pour bien comprendre que je prends l’histoire et celle de mes ancêtres au sérieux, et que je vais au fond des choses.

David Alexandre avait bel et bien trois cochons en 1842.

Et un mouton en plus!

Ça, c’est la première page du recensement  de 1842.


Cliquez sur l’image.

David Alexandre est à la ligne 16. Il est cultivateur et la famille compte 6 personnes.

Ça, c’est la page 2…

Cliquez sur l’image.

Pas encore de cochons…

Page 3.

Cliquez sur l’image.

Pas encore…

Page 4.

Cliquez sur l’image pour voir les trois cochons.

Pour les sceptiques…

On en apprend des choses intéressantes sur mon blogue en plus des trois cochons de David Alexandre.

David Alexandre a fait cette déposition le 13 novembre 1838.

Les troubles de 1838 à Napierville étaient chose du passé.

Patriotes à Beauharnois en novembre 1838 (source)

Ont comparu devant moi William Macrea, un des juges de paix – François Brosfeau, David Alexandre et Jean-Baptiste Faneuf lesquels après avoir été dument assermentés, déposent qu’ils auraient été commandés de se rendre au camp des Rebelles à Saint-Cyprien par un nommé François Bourafsa, fils, et que le dit François Bourafsa aurait ajouté que s’ils ne s’y rendaient pas que leurs propriétés ainsi que leur famille seraient détruites. Les déposants ajoutent de plus que craignant les menaces qu’ils se seraient rendus au sus dit camp des Rebelles mais qu’ils s’en seraient échappés à la première occasion. Les dits déposants ne disent rien de plus…

Asfermenté par devant moi
13 novembre 1838
Macrea J. P.
François X Brosfeau
David  X  Alexandre
Jean-Baptiste X Faneuf

Ouin c’est du sérieux que cette déposition!

Elle vient en contradiction avec cinq autres dépositions où là, on accuse David Alexandre d’avoir participé activement à la rébellion.

On se revoit samedi prochain. En attendant, lisez ceci sur François Bourassa.

Demain, on s’en va à Rigaud.