Le boulevard et ses surprises

Le boulevard est plein de surprises comme les hyperliens dans mes articles.

C’est ceci qui avait attiré mon regard quand je déambulais distraitement sur le boulevard dimanche matin…

les rabots à gauche de la porte…

On est devant le comptoir Sears.

J’ai plein de souvenirs en tête.

J’avais justement vu de tels rabots dans un musée à Ameliasburgh lors de mon petit nowhere à Hamilton la semaine dernière pour aller voir un vétéran pilote de la Deuxième Guerre mondiale.

Fascinant n’est-ce pas…

Les voyages forment la jeunesse.

Georges Stewart, qui a maintenant 86 ans, a volé dans la même escadrille que Tibé Gagnon.

George, car c’est comme ça qu’il veut que je l’appelle, m’a parlé de la différence entre la passion et la folie.

Ça m’a convaincu encore plus de continuer d’écrire mes blogues et de rencontrer les gens.

Il a appelé la passion comme ceci… 

Pure selfish pleasure… qu’on pourrait traduire par pur plaisir égoïste.

George et moi avons parlé pendant cinq heures puis nous sommes allés finir la soirée au Wendy’s.

Cinq heures de  pure selfish pleasure dans son cas et  cinq heures de pur plaisir égoïste pour moi.

Il m’a dit que son pure selfish pleasure  avait été d’apprendre à piloter, puis de piloter des Mosquitos et finalement de continuer à piloter des avions après la guerre.

Et il en a piloté des avions…!

Il est même allé en Chine en 1948 comme instructeur pour les pilotes de Tchang-Kaï-Chek.  La Chine nationaliste avait acheté des Mosquitos du Canada et les pilotes chinois qui étaient venus à Toronto pour s’habituer à voler sur ces appareils s’écrasaient au décollage.

Pas facile de piloter un Mosquito…

George les a super bien entraînés.

Ces pilotes ont permis en 1950 d’éviter l’invasion de Taiwan par la Chine communiste…

In December 1950, the KMT’s three Mosquito squadrons inflicted massive damage on a large Communist invasion fleet in the South China Sea, quite possibly one of the determining factors in convincing Mao Tse-tung (毛澤東) not to invade Taiwan…

Il a été invité en Chine en 2003.

L’ancien pilote canadien accueilli en héros

Vendredi 4 avril 2003 

Voilà 55 ans que le Canadien George Stewart, aujourd’hui âgé de 79 ans, qui avait formé des pilotes chinois pour combattre les forces communistes, n’avait pas revu ses anciens élèves. Le plus fameux d’entre eux, le général en retraite Chen Yi-fan, âgé de 92 ans, a retrouvé avec plaisir son ancien instructeur au club des forces aériennes à Taipei.

Organisées par l’actuel commandant en chef des forces aériennes de Taiwan, le général Lee Tien-yu, les retrouvailles ont été chaleureuses.

George Stewart venu en Chine en 1948 avait été chargé de la formation des pilotes de chasse chinois pendant la guerre civile. Les communistes s’étant emparés de tout le continent chinois, il avait dû regagner son pays.

C’est au cours de ses missions à bord d’un bombardier Mosquito en Europe, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, qu’il acquit sa solide réputation d’aviateur hors prix. Plus tard, c’est sur cet appareil qu’il a instruit les pilotes chinois.

En 1950, les 3 escadrilles nationalistes de Mosquitos, dont les pilotes avaient été pour la plupart formés par le Canadien, infligèrent de lourdes pertes aux forces communistes qui se préparaient à envahir Taiwan, cette page d’histoire rappelant la contribution de George Stewart à la défense de Taiwan.

Perdu de vue par ces anciens élèves, George Stewart a pu être contacté après avoir raconté ses souvenirs dans un article paru l’an dernier au Japon.

Le général de l’aviation était un de ses élèves…

Bon là je m’éloigne un peu du boulevard Ste-Anne…

Si je vous écris cet article, c’est que Karine qui tient maintenant le comptoir Sears m’a donné ceci…

Elle avait deux exemplaires de cette photo dans son petit album et m’en a offert une.

On me donne rarement quelque chose.

C’est une Chevrolet Master Deluxe 1939 qui appartient à son père.

Il collectionne les voitures antiques.

Lui aussi doit connaître ce que c’est le pur plaisir égoïste…

En passant, on a un nouveau Sushi Shop à Ste-Anne à la place de La Petite Bohème…

La Petite Bohème n’a pu s’enraciner à Ste-Anne.

Dommage.

Elle avait beaucoup de potentiel…

À suivre.

En passant, George a fait son dernier vol en Chine la veille de ma naissance…

Toute une coïncidence!