Eugène Gagnon, 28 mai 1921

Eugène est né le 28 mai 1921.

Il est décédé dans un accident d’avion le 21 octobre 1947. Il pilotait un Republic Seabee un avion amphibie comme sur cette video sur You Tube.

collection Jacques Gagnon

En voici une autre…

Je vous raconterai cet accident en octobre prochain, car j’ai encore beaucoup d’information de son neveu Jacques.

La vie d’Eugène Gagnon intéresse probablement peu de gens.

On n’a pas baptisé de pont en son honneur bien qu’il ait passé sous le pont de Bromptonville avec un avion après la guerre.

Légende urbaine?

Ça reste à vérifier.

Il aurait aussi passé entre les deux clochers de l’église de Bromptonville.

Légende urbaine? 

Légende ou pas, Tibé, car c’était son surnom, était un sacré pilote.

Il devait être vraiment bon pour voler sur des Mosquitos de la RAF. Seuls les meilleurs pilotes volaient sur de tels avions.

collection George Stewart

Voler à 200 ou 300 pieds du sol à 400 milles à l’heure dans ce bimoteur au-dessus du territoire ennemi, en pleine nuit…

Pas une fois, mais près de 30 fois.

Ça prend un sacré courage…

Ça mérite bien qu’on nomme quelque chose en son nom.

Une cabane à sucre peut-être…?

Eugène n’était nullement un héros ou alors il l’était tout autant que tous ces Canadiens-français qui sont allés de l’autre bord comme deux oncles de ma femme. Un a été blessé sur les plages de Normandie le 6 juin 1944 et l’autre a été un des 42 marins rescapés par le destroyer Haida lors du naufrage du destroyer canadien l’Athabaskan le 29 avril 1944.

Les vétérans ne parlent pas. Leur souffrance est trop grande. C’est bien connu.

J’ai déjà écrit sur des héros oubliés dans mon autre blogue Souvenirs de guerre… les frères Rousseau de Montmagny. Les frères Rousseau n’ont jamais parlé. Philippe est mort le 6 juin 1944 et Maurice autour du 17 septembre 1944.

Oubliés ici, mais pas en Europe.

Certains Canadiens-français ont décidé de rester de ce bord-ci pour différentes raisons.

Ce n’est pas à nous de juger.

Cela a causé bien des dissensions dans les familles.

Cela a dû  aussi en causer à Bromptonville où Eugène vivait avant la guerre.

Voici d’autres photos de la collection de Jacques Gagnon.

Jacques préserve précieusement la mémoire de son oncle et partage ses photos.

collection Jacques Gagnon

Avant la guerre, Eugène était le secrétaire personnel de J.-A. Desfossés, le célèbre guérisseur.

C’est Joseph Anatole Desfossés qui possédait cette belle voiture.

collection Jacques Gagnon

Une belle Oldsmobile 90 1940.

C’est Jacques Gagnon qui me l’a dit.

J’ai trouvé des photos d’Eugène à la bibliothèque municipale de Bromptonville quand je suis allé à Bromptonville.

Tibé y a fait ses études.

J’avais écrit un petit article rapide.

Cliquez pour voir les photos. 

À la prochaine.

Édition de fin de semaine

Ça va arriver à l’occasion que je vais vous écrire en fin de semaine.

Rien de trop mêlant par contre après plein d’hyperliens.

Juste un petit mot pour vous dire de vous abonner au blogue de Vicky Lapointe.

Toujours intéressant à lire.

Je m’y connais en blogues.

Alors cliquez ici pour lire son dernier article sur la comète de Halley et sur celui du R-100, puis abonnez-vous bondance…!

Quant à mon abonnement à My Heritage, ça semble s’être réglé.

Le sponsor est maintenant devenu un monsieur NÉANT .

C’est Richard Nantel qui doit être content de l’apprendre, lui qui ignorait qu’il avait payé mon prolongement d’abonnement de deux ans.

Je l’avais averti…

Je suis maintenant devenu en mode Basique, mais j’ai retrouvé tous mes membres et ceux-ci leur tête.

Si je ne me réabonne pas, c’est à cause des petits problèmes que vous connaissez comme voir ses fiches doublées et toutes ses informations disparaître.

POUF!

Disons que ça donne un petit choc de voir 25000 personnes s’appeler Inconnu Inconnu fils ou fille d’Inconnu Inconnu.

En tout cas, je sais que personne n’est parfait ni aucun site de généalogie d’ailleurs.

Le profit avant tout j’imagine…

Pour la perfection, on laisse ça à d’autres.

Bon allez lire les articles de Vicky, vous ne le regretterez pas.

En passant, avez-vous cliqué sur mes hyperliens de Sexy Sadie dans mon article sur elle?

Dommage, vous en auriez appris beaucoup sur le sens des paroles de la chanson des Beatles.

En passant, Vicky Lapointe met plein d’hyperliens dans ses articles.

Je trouve ça une bonne idée.

Tourlou…

Tapez ça sur Google

Très utile en généalogie lorsqu’on cherche ses ancêtres.

Tapez "la famille Mitron" sur Google.

C’est comme ça que plein de monde me trouve sur leur chemin et m’envoie des photos de famille.

Juste en tapant sur Google.

Essayez pour voir.

Tapez Albertine Mitron…

Tapez Sadie Mitron…

Tapez Frobe Lagasse maintenant…

On pourrait taper de même toute la journée.

Avant que je parle de ces gens sur mon blogue version française ou anglaise, on n’aurait probablement rien trouvé sur eux et moi je n’aurais pas fait la rencontre de membres éloignés de ma famille élargie.

C’est beau l’Internet, mais ce n’est pas infaillible.

Imaginez mettre toutes ses recherches sur Facebook.

Ce serait tout simplement démentiel.

Il y a du monde qui le font…

Bon, revenons à nos moutons et à la famille Mitron.

L’ancêtre d’Albertine et de Sadie serait en fait Aimé Jolivet dit Mitron.

Eh oui! Jolivet dit Mitron.

Fascinant surtout si vous cherchiez votre ancêtre et que vous êtes tombé sur mon blogue comme Daniel Frève.

Sûrement lui…

Si vous êtes un Mitron, lisez mon 491e article sur cette version WordPress. Il y en a 505 dans sa première version Branchez-vous.

Si vous comptez bien, j’approche du 1000e article.

Bon passons….

Votre ancêtre est Aimé Jolivet… dit Mitron.

Pourquoi dit Mitron?

L’histoire ne le dit pas.

À vous de pousser la recherche.

Quant à moi je me concentre plus maintenant sur les Hudson 1947.

C’est justement le but de mon blogue.

Vous faire chercher, car tout le plaisir est là, tout en vous aidant à retrouver vos ancêtres et ce, tout à fait gratuitement.

Comme je l’ai fait avec Daniel Frève qui cherchait son ancêtre François Froebe.

En passant, pas encore de nouvelles de mon mécène de mon site My Heritage ressuscité.

Il cherche encore à comprendre.

Quant à ma nouvelle correspondante américaine dont l’ancêtre grand-maternel est Mitron, elle ne s’attendait pas à rencontrer un passionné de généalogie et d’histoire au nord du 45e parallèle.

En fait, la réputation des Canadiens et des Québécois au sud de la frontière n’est pas aussi excellente que l’on croit avec nos voisins du Sud. C’est une autre Américaine qui demeure en Floride qui me l’a dit l’année dernière. 

C’est la fille de Samuel Lagasse, le frère de David, la petite fille d’Idala Lagasse.

Ça doit être à cause des fameux raids des Français avec leurs alliés amérindiens.

Elle était toute surprise que je partage avec tant de gentillesse ce qu’Alyce LaGasse, sa petite cousine de Portland qu’elle n’a jamais rencontrée d’ailleurs, avait partagé si gentiment avec moi en 2010.

Tout ça pour dire que maintenant une autre Américaine partage mes découvertes.

Certes, elle est encore sous le choc, sans compter sa famille, mais ça devrait s’estomper d’ici 2012.

Parlant de partage, Lise Choquette partage ceci avec vous.

Vous ne regretterez pas ce petit voyage dans le temps.

Cliquez ci-dessous.

PowerPoint sur les tramways de Montréal

Pour revenir à mon point de départ, Albertine et Sadie ont des ancêtres qui viennent de St-Lin-des-Laurentides à quelques kilomètres de Sainte-Anne-des-Plaines.

C’est la première fois que je m’aventure dans ce coin-là sur le plan généalogique. Pourtant l’ancien train qui passait par Ste-Anne se rendait là.

Joseph Mitron et Amanda Raymond sont leurs parents.

Joseph Mitron est le fils de Joseph Mitron et d’Azéline Desormiers. Je leur ai trouvé une trawlé d’enfants dont Joseph né en 1864. Ce couple de St-Lin avait baptisé leur premier enfant Joseph. Il serait  décédé à bas âge, car on a donné le même prénom à Joseph.

Les grands-parents de Joseph sont Jean-Baptiste Mitron et Adèle Vésinat.

On remonte ensuite dans le temps…

Jean Jolivet dit Mitron

Jean-Baptiste Jolivet dit Mitron

Aimé Jolivet dit Mitron ancêtre des Jolivet, des Fiset et bien sûr des Mitron…

Pour terminer, j’ai trouvé ça sur Internet.

Jolivet (Aimé ; dit Mitron)

  • Père de la lignée Jolivet/Fiset d’Amérique.

Né à Jargeau (Loiret, Orléans, France).

S’établit à L’Ancienne-Lorette.

Épouse Anne Fiset en 1689 ; de cette union sont issus Marguerite Jolivet (mariée à Nicolas Vézina), Joachim Jolivet (marié à Marie-Françoise Bayard), Marie-Josèphe Jolivet (mariée à René Letartre), Marie-Françoise Jolivet (mariée à Jean-Philippe Lamarre), Marie-Jeanne Jolivet (mariée à André Desnoyers), Joseph Jolivet (marié à Charlotte Guénet) et Barbe Jolivet (mariée à Athanase Letartre).

Décès en 1711 à Québec.

Joachim Jolivet, qui a marié Marie-Françoise Bayard, est la branche d’Albertine et Sadie.

Ma correspondante fouille actuellement dans les photos de sa grand-mère pour les préserver en les numérisant…

Bonne idée.

Je lui demanderai si je peux éventuellement les partager avec vous.

Sadie Mitron

Bon je vais essayer de ne pas me perdre en chemin.

Avant de vous parler de Sadie Mitron et de l’immortaliser sur Internet, je veux juste vous dire que si la nuit porte conseil, un frère ou une soeur peuvent aussi vous en donner.

Mon frère m’avait déjà dit que je pouvais continuer à écrire mon blogue et qu’il ne doutait aucunement de ma santé mentale.

C’est vrai qu’il faut être sain d’esprit pour écrire ce que j’écris au rythme où j’écris.

Sauf qu’hier…

Il m’a dit que le fait d’écrire que j’arrêterais d’écrire mon blogue pourrait créer de l’anxiété voire un certain sentiment d’instabilité émotionnelle  chez mon lectorat et les amener à penser la même chose à propos de moi.

Quand mon frère me parle, ça me fait réfléchir. 

Je vais donc arrêter.

Pas d’écrire.

J’ai trop de plaisir.

Par contre, je vais arrêter de dire que je vais arrêter.

Je n’arrêterai pas d’écrire sur ce blogue.

Je ne reviendrai pas sur ma parole et je n’en parlerai plus tout comme je ne parlerai plus de mon père ou de politique.

Bon revenons à Sadie Mitron qui était la soeur d’Albertine.

Albertine est la grand-mère de ma nouvelle correspondante américaine d’Ancestry où j’ai migré mes arbres généalogiques.

Tout à fait logique avec les petits ennuis sur My Heritage.

En passant, toujours pas de «nouvelles nouvelles» du mécène qui aurait payé mon abonnement sur My Heritage…

Sadie Mitron avait épousé Napoléon Robitaille, le frère de Louis Robitaille, le mari de Blanche Lagasse, la fille de Frobe Lagasse et de Valéda Forand.

Frobe est dans la première rangée à droite avec le chapeau melon.

Ce Napoléon Robitaille était le fils de Jerry Robetoye dont j’ai parlé hier.

Jerry Robitaille (Robetoye) était donc le beau-père d’Albertine et de fait le beau-père de Sadie.

Le lien est là.

Juste là.

Pas de lien de parenté avec moi.

Juste de belle-parenté.

Si j’ai découvert des choses sur Sadie dans mes recherches faites en 2010, c’est que le prénom sonnait drôle  et ça m’avait amené à creuser plus en profondeur. Ça me rappelait la chanson des Beatles Sexy Sadie.

Cliquez ici pour en savoir plus sur cette chanson.

Cette Sadie Mitron serait en fait Zeida Mitron que l’on retrouve ici dans le recensement de 1901 au Nouveau-Brunswick.

Cliquez pour agrandir

Fascinant que ces recensements quand on sait les utiliser à bon escient.

Ma correspondante m’a de plus validé le nom de la mère.

Amanda Raymond.

Je peux lui faire confiance c’est la mère de sa grand-mère Albertine.

Revenons maintenant à la photo de famille du début de mon article.

C’est une autre de mes correspondantes en Nouvelle-Angleterre qui m’avait envoyé la photo prise en 1905.

Elle ne savait pas grand chose sur l’identité des gens. J’ai fait deux plus deux font quatre.

La petite fille dans les bras de sa maman c’est Blanche Lagasse. Les deux petits garçons sont Normand Lagasse et Laurent Lagasse ses deux frères. 

Laurent va mourir l’année suivante.

C’est le plus petit des petits garçons.

Frobe ira le rejoindre au paradis en 1915. Ça je vous l’ai dit hier avec preuves à l’appui.

Cette correspondante m’a aussi envoyé cette photo.

Ce sont les enfants de Blanche Lagasse et de Louis Robitaille.

Ici pas de problème d’identification.

Son père est à droite et sa tante Dolly à gauche.

Demain, je termine la semaine et cette histoire en vous parlant de la famille Mitron et de l’ancêtre Aimé Jolivet dit Mitron.

Je ne me suis pas perdu…

Albertine Mitron

J’écris bien sûr pour moi c’est certain, mais j’écris aussi pour vous.

J’adore vos petits commentaires.

Comme ça, je sais que vous êtes toujours vivant comme une de mes plus fidèles lectrices qui m’a écrit un courriel.

Elle connaît quelqu’un qui a des ancêtres Gagnon et va pouvoir plus lui en parler avec à mon article écrit hier. Elle m’a aussi dit qu’elle cliquait sur tous mes hyperliens dans mes articles.

Difficile à croire, mais je ne mets pas sa parole en doute.

Je la connais trop bien même si je ne l’ai jamais rencontrée.

Mon ami Sylvain Houde m’a mis un commentaire suite à mon article d’hier sur la Hudson 1947. C’est pour lui que je l’ai écrit.  

Vous irez lire. Vous pourrez aussi lire le commentaire de Lise sur le commentaire de Sylvain.

Revenons maintenant à mes articles…

On y découvre plein de choses et on en apprend beaucoup sur notre petite histoire.

Tout comme cette histoire des descendants de cette branche d’une famille canadienne-française de St-Lin qui se retrouve au Nouveau-Brunswick en 1901, puis qui émigre aux États-Unis en 1909.

La famille Mitron.

Qui dit famille Mitron dit famille Mitron dit Jolivet.

Je ne le savais pas.

Je sais que je ne vous parlerai pas d’ancêtres de Sainte-Anne-des-Plaines, ma ville d’adoption, mais St-Lin est tout proche.

C’est tout comme, n’est-ce-pas?

Ces descendants américains retrouvent en 2011 leurs racines canadiennes-françaises grâce à ma passion pour la généalogie et l’écriture.

Cette histoire commence anodinement en 2010 par ma recherche sur un certain Jerry Robetoye qui avait des liens avec la famille Lagasse en Nouvelle-Angleterre.

Robetoye ça sonnait drôle.

Je me méfiais.

Vous me connaissez…

Voici Jerry Robetoye.

Ce n’est pas mon blogue.

Voici le mien. 

Jerry Robetoye était le père de Louis Robitaille qui a marié Blanche Lagasse, la fille de Frobe Lagasse et Valéda Forand. Jerry a été dans une unité de cavalerie durant la guerre civile américaine.

Une des descendantes de Jerry m’avait écrit en 2010 sur le site Ancestry et m’avait envoyé plusieurs photos de famille.

Pour en revenir à la famille Lagasse, tout comme le nom Robetoye, le prénom de Frobe Lagasse sonnait drôle.

Je l’avais trouvé dans mes recherches en 2008 sur les Lagacé. Il était décédé en 1915 de la tuberculose bien que certaines personnes dans Ancestry indiquent qu’il est décédé en 1964!

 

La preuve…

Frobe était le fils de Pîerre Adophe Lagasse et de Mélanie Berthiaume.

Pierre Adophe Lagasse était un entrepreneur de pompes funèbres et il était le frère d’Idala…

Cliquez sur l’image. Vous ne le regretterez pas…

Idala était le père de Florence Lagasse et de David LaGasse, le père d’Alyce… C’est Alyce qui m’a envoyé plein de photos d’Idala et de sa famille et la lettre qu’Idala avait envoyé à David en 1947, lettre que vous avez sûrement lu en cliquant sur l’image…

Touchant n’est-ce pas?

Idala et Frobe ne font pas partie directement de ma branche de Lagacé, mais on vient du même arbre.

Appellez ça de l’esprit de famille élargie.

Stanislas Lagacé né 1816 et Pierre Lagacé né 1825 étaient les deux frères, les fils d’Antoine Lagacé. 

Je suis un descendant direct de Stanislas 1816 qui est le père de Stanislas 1842…

Je ne m’éterniserai pas sur le sujet… ça risque d’être long.

Merci Pierre

Tout ça finalement n’a pas vraiment de rapport direct avec Albertine Mitron…

Vous verrez ça  demain.

Je vous explique tout.

Qui m’aime me suive…

Le plaisir de chercher

La généalogie c’est un passe-temps sérieux, mais j’ai un fun fou.

Je ne sais pas si Daniel Frève est content d’avoir retrouvé sa lignée d’ancêtres paternels.

Je sais maintenant ce qui me pousse à faire toutes ces recherches généalogiques pour les autres.

Il y a bien la gentillesse bien sûr, mais il y a plus.

Beaucoup plus.

Le plaisir d’écrire sur mes découvertes certes, mais… c‘est surtout le plaisir de chercher et le plaisir de trouver les ancêtres des autres.

C’est le cas de cette Américaine qui m’a laissé un message sur Ancestry la semaine dernière.

Elle cherchait à savoir si l’Albertine Mitron qu’elle avait dans son arbre était la même que l’Albertine Mitron dans le mien.

Bonne question n’est-ce pas.

Eh bien, cette belle histoire pourrait nous amèner à St-Lin, en passant par le Nouveau-Brunswick, puis à New Bedford au Massachusetts.

Si je trouve le temps bien sûr.

Je sais que je vous fais languir, mais j’ai plein de monde qui m’écrivent et je ne veux pas que vous ayez de la misère à me suivre durant ces longs voyages dans le temps…

À suivre donc.

 Est-ce que quelqu’un nous suit?

En passant, parlant de plaisir de chercher…

J’ai trouvé ma réponse à la question de Sylvain qui se remet tranquillement de son épluchette de blé d’Inde annuelle de la famille Valiquette du rang Ste-Claire.

J’avais écrit à notre expert Jacques Gagnon, mais je n’ai pu résister à prendre les devants et aussi chercher…

Bien sûr j’ai eu de la chance.


Hudson 1947 Commodore

Ça c’est du char…

Jacques m’a confirmé le tout hier.

Il en parle même dans son Tome II à la page 250. Vous pourrez aller voir par vous-même.

Parlant justement de chance, il y a un an, j’avais laissé un message sur My Heritage à quelqu’un qui avait une Florence Lagasse dans son arbre.

Cette Florence Lagasse était la tante de ma petite cousine Alyce LaGasse dont j’avais parlé sur mon blogue Our Ancestors. Florence était la fille d’Idala Lagasse, le fils de Pierre Lagacé et de Marcelline David.

Alyce avait plein de photos et ne reconnaissait que son père. Avec mon aide, on a tout trouvé et j’ai tout écrit…

Cliquez.

Florence Lagasse, la soeur de David, avait marié Victor Hébert.

Florence Lagasse et Victor Hébert

J’avais déjà trouvé toute cette belle branche de Lagacé en 2008 quand je cherchais désespérement le mariage de mon grand-père Léo Senior avec sa belle Juliette. Cette branche venait de Pierre Lagacé qui était le frère de Stanislas Lagacé, le père de Stanislas alias Dennis Lagasse, le père de Léo Senior.

Vous me suivez j’espère…

Devinez quoi…

Cette personne m’a répondu. 

Comme quoi on fait sa chance dans la vie.

À suivre…

En passant, oh surprise…

Mon site My Heritage vient d’avoir une deuxième vie.

Richard Nantel, un de mes 165 membres, aurait renouvelé pour deux ans.

C’est par hasard que je l’ai découvert…

J’ai remercié Richard.

Le plus drôle, Richard m’a écrit à ce sujet. Il ne comprend pas non plus comme ça se fait. Il n’était pas au courant.

Bizarre…

Je dois mener une bonne vie.

À suivre.

Un petit retour aux sources

Ma prochaine série d’articles, qui sera publié les lundis, portera sur la généalogie d’Eugène Gagnon un vétéran de la Deuxième Guerre mondiale dont je parle sur d’autres blogues. 

Voici des photos de la maison de son ancêtre.

C’est la Gaignonnière.

Je les ai trouvées sur ce site. 

J’ai écrit au propriétaire du site, car il se posait une petite question sur son ancêtre Prosper Gagnon.

J’ai trouvé la réponse.

Je n’ai pas eu de retour d’appel…

Revenons à Eugène qui est le descendant de Barnabé Gaignon et de Françoise Creste.

Ce Barnabé est l’ancêtre des Gagnon d’Amérique, du moins je pense, car je n’ai pas fait de recherches poussées.

Je vous ai présenté la dernière fois les parents d’Eugène, Pierre Gagnon et Georgina Garneau.

collection Jacques Gagnon

Voici maintenant ses grands-parents.

collection Jacques Gagnon

Ce sont François-Xavier Gagnon et Philomène Nolet.

Pourquoi j’écris tout ça?

La passion d’écrire sur les ancêtres et de regarder des photos anciennes.

Je sais que Jacques Gagnon comprendra ma passion pour les photos anciennes.

On se revoit lundi, car demain ou mercredi, si j’ai le temps, je vous parlerai d’une Américaine qui a retrouvé ses racines au Québec.