Qui sont les parents d’Emma Asselin?

J’avais décidé la semaine dernière de laisser Sylvain retrouver seul ses ancêtres.

Ça m’a pris toute ma volonté…

Tout le plaisir est de découvrir… que j’avais dit lors de ma conférence.

Sylvain y avait assisté.

Je ne voulais surtout pas lui enlever ce plaisir de découvrir seul ses racines.

Sauf que dans son arbre, Emma Asselin, une de ses quatre arrière-grand-mères, n’avait pas de parents.

Emma Asselin était l’épouse de Lionel Houde, l’arrière-grand-père de Sylvain.

Moi je n’aime pas laisser les arrière-grand-mères sans ancêtres. J’ai donc posé une toute petite question innocente à Sylvain… juste question de tâter le terrain.

Petite question…

Qui sont les parents d’Emma Asselin?
Merci

Pierre

Laconique hein…

Sylvain n’a pas pris grand temps pour me répondre…

Salut Pierre !

Une chance, c’est tranquille au bureau cet après-midi.

Tu mets le doigt sur une autre coïncidence que je mettrais dans une catégorie « légère ». On a vu plus incroyable.

Emma Asselin est née Marie Blanche Emma Asselin, le 5 octobre 1889 à Acton Vale Sa mère est Philomène Casgrain et son père est Honoré Asselin. Je n’ai pas encore fait de recherche pour trouver les dates approximatives de leur arrivée à Montréal, mais en tout cas elle a rencontré Lionel et il est allé la marier dans sa paroisse, c’est-à-dire St-Joseph de Montréal. Tu connais la suite.
C’est l’histoire de mon arrière-grand-mère que mon grand-père lui-même a à peine connue, il avait 7 ans lorsqu’elle est morte de la tuberculose, et il avait 9 ans lorsque son père Lionel a été emporté par la même longue maladie.

Mon arrière grand-père de l’autre côté, Delphis Rondeau est né dix ans après la naissance d’Emma, le 5 mars 1899… à Acton Vale. Là s’arrête la coïncidence. C’est spécial que ces deux lignées soient parties d’Acton Vale pour converger à Montréal 25 ans plus tard. C’est intéressant de faire la carte géographique des déplacements. À cette époque, les Vézina sont venus de St-Martin de Laval, les Doyle de St-Gabriel-de-Brandon. De leur côté, les Houde sont venus directement de St-Antoine-de-Tilly et les Rondeau d’Acton Vale.

Un gros « X » avec pour épicentre le faubourg à M’lasse.

À+!

Sylvain

On a vu plus incroyable… disait Sylvain dans son courriel.

Sylvain avait-il un pressentiment ?

Là vous allez me dire…

Coudonc, on ne devait pas aller à St-Eustache ce matin…!

On arrive…

En effet, et cela a un lien direct avec les informations suivantes…

Et de une…

À cette liste, on peut ajouter le nom du jeune Jean-Baptiste Marineau, 7 ans, qui, après avoir été tiré par un volontaire de Saint-André en guise de représailles, décède en mars 1838 à la suite de ses blessures.

Source : tiré de ceci… (http://www.parl.gc.ca/HousePublications/Publication.aspx?DocId=2332163&Language=F&Mode=1&Parl=36&Ses=2#LINK106)

LES PATRIOTES DE SAINT-EUSTACHE

M. Gilles-A. Perron (Rivière-des-Mille-Îles, BQ): Monsieur le Président, aujourd’hui c’est un triste anniversaire, soit celui du 14 décembre 1837, jour où le général Colburn, dit «le vieux brûlot», à la tête d’une armée de 1 200 hommes, attaque, dans le village de Saint-Eustache, les quelque 200 Patriotes du Dr Chénier.

Réfugiés dans l’église, onze d’entre eux, dont le Dr Olivier Chénier, seront exécutés. À cette liste, on peut ajouter le nom du jeune Jean-Baptiste Marineau, 7 ans, qui, après avoir été tiré par un volontaire de Saint-André en guise de représailles, décède en mars 1838 à la suite de ses blessures.

Rappelons qu’à l’époque, le Conseil législatif, nommé par Londres, exerce le pouvoir par-dessus la tête des élus. Après plus de 30 ans de luttes parlementaires stériles pour obtenir la démocratie, une partie importante de la population, dont des chefs anglais, prennent les armes et participent au soulèvement.

Nos Patriotes ont lutté pour la reconnaissance nationale de notre peuple, pour la liberté et pour l’obtention d’un système de gouvernement démocratique.


Et de deux…

Finalement, soulignons le décès de l’énigmatique jeune Marineau, dont l’identité est plus ou moins certaine. Ce dernier, trop jeune pour être véritablement impliqué politiquement, aurait été abattu par un soldat lorsqu’il sortait de sa maison! Marineau n’est pas inhumé en ce cimetière.

Source : http://jonathanlemire.com/?page_id=345


Et de trois…

Jean-Baptiste Marineau est blessé à Saint-Eustache par un Volontaire de Saint-André le 22 février 1838. Il meurt de ses blessures le 6 mars suivant. Il n’avait que 7 ans.

Source : http://ville.saint-eustache.qc.ca/fr/PDF/TOPONYMIE-final-lettres.pdf

Voyez-vous, on nage en pleine controverse dans toute cette histoire. Et que vient faire Emma dans toute cette affaire.

Je suis certain qu’on retourne ensemble à St-Eustache demain réécrire l’histoire de la famille d’Emma…

Sylvain va en apprendre des choses.

En fait, je lui ai tout dit d’avance, enfin presque…

Je déteste faire languir les gens comme vous le savez.


Cliquez sur l’image à vos risques et périls


Des fois je me dis quand j’écris mon blogue que j’aurais fait un sacré bon prof d’histoire… qui aurait enseigné la bonne histoire de la bonne manière…