Mascouche… lundi 18 avril 2011

Enfin…

Il était temps d’arriver au Petit Coteau à Mascouche.

400e article sur mon nouveau blogue en plus.

Je vais sûrement me rendre à 500 articles d’ici le 31 décembre 2011…

Plus qu’un avant d’atteindre le plateau de 1000…

Vous allez lire une belle histoire…

Je ne savais pas que mon chemin de Damas passait par le chemin Saint-Henri à Mascouche.

Le lundi 18 avril allait être aussi une belle journée dans la vie de monsieur Lauzon.

Je connaissais un peu la ville de Mascouche, mais pas autant que le maire de la place cependant.

J’avais une vague idée où était situé l’emplacement de la vieille forge. Dans les années 90,  on passait par le chemin St-Henri à Mascouche avec les enfants pour aller voir leurs grands-parents à Le Gardeur.

222, J.A. Paré

Rendus à Mascouche, je passe tout droit devant la vieille forge d’Hubert Renaud.

Vous auriez dû vous en douter…

Défense de rire…

Heureusement pour moi, et pour lui aussi, monsieur Lauzon connaissait cet endroit depuis 1946.

Je reviens donc sur mes pas… et je me stationne de l’autre côté de la rue.

On regarde aux alentours, mais on ne voit personne.

Monsieur Lauzon décide d’aller cogner et voir si quelqu’un connaissait Hubert Renaud.

En fait, il voulait surtout savoir si monsieur Renaud était encore vivant.

Je n’étais sûrement pas pour m’obstiner avec lui,

Il a bien fait de cogner… et moi j’ai bien fait de me pas m’obstiner avec lui.

Des fois, il faut battre le fer pendant qu’il est chaud.

L’histoire ne se termine pas là.

Vous deviez bien vous en douter tout comme vous devez vous douter que je vais continuer mon histoire demain matin. Je garde mes articles courts maintenant surtout qu’on est Dimanche de Pâques.

Je mets maintenant mes articles en ligne à 2 h 22.

Vous devez savoir pourquoi.

Vous n’êtes pas obligé de vous lever à cette heure-là…

Maintenant, regardez mon petit diaporama.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Tiens j’ai une bonne idée…

Hubert Renaud Mascouche forgeron