André Rapin, fils adoptif d’André Rapin

La recherche généalogique c’est comme le baseball…

Yogi Berra disait ceci…

C’est pas fini tant que c’est pas fini…

Il l’avait traduit en anglais pour ses petits amis assis la mine basse dans le dugout des Yankees


It ain’t over till it’s over…

J’ai déniché ça pour vous sur Internet sur la famille Rapin.

Les informations ont l’air sérieux.

Comme disait mon beau-père…

Je vais me coucher moins niaiseux ce soir.


Fiche généalogique d’André Rapin

André Rapin et Clémence Jarry auront une nombreuse descendance, et leurs enfants et petits-enfants noueront des liens avec les familles Archambault,

Aubuchon dit Lespérance,

Biron, Blondeau,

Caron,

Chénier,

Chasle dit Duhamel,

Denis dit Saint-Denis,

De Villeray,

Dicaire,

Drouillard d’Argencourt,

Dubois dit Laviolette,

Ducharme dit Lafontaine,

Fontblanche dit Quesnel,

Foucher,

Gervais,

Gignac,

Henry dit Laforge,

Lafond dit Mongrain,

Lalonde,

Leduc,

Lefebvre dit Saint-Jean,

Lemaire dit Saint-Germain,

Martin dit Saint-Jean,

Meloche,

Miville,

Morel dit Mador,

Parent,

Picard dit Lafortune,

Pilette,

Prégent dit L’œillet,

Prieur dit Léger,

Proulx,

Serré,

Raymond dit Passecampagne,

Roy dit Lapensée,

Sédilot dit Montreuil,

Tessier dit Lavigne,

Trudeau,

Viger

et Vincent dit Chrétien.

RAPIN, André (fils de Jean et de Marie BOUFANDEAU), de Saint-Paul-de-Commequiers (aujourd’hui Saint-Paul-Mont-Penit), évêché de Luçon, Poitou (arrondissement Les Sables-d’Olonne, Vendée), décédé de pleurésie le 27 décembre 1694 à Lachine.

Rapin s’est engagé comme domestique à Jacques Beauvais et était chirurgien de son métier et habitait sur une terre près du fort de Lachine.

Il a a épousé le 25 novembre 1669 à Montréal

JARRY, Clémence (fille de Élie JARRY dit LAHAYE et de Jeanne MERRIN) née le 5 février 1657 à Montréal, inhumée le 18 janvier 1717 à Montréal . Clémence épousa en secondes noces, Joseph Gauthier dit Saguingoira.

Les enfants de André RAPIN et de Clémence JARRY :

1. Marie-Clémence, baptisée le 3 octobre 1672 à Montréal. Décédée à l’âge de trois ans.

2. Enfant ondoyé de sexe indéterminé, né et décédé le 25 janvier 1675 à Montréal.

3. Marie, née 11 janvier 1676 à Lachine, décédée à l’âge de 7 1/2 ans à Lachine.

4. Marie-Madeleine, baptisée le 10 avril 1678 à Lachine. Madeleine était sage-femme à Lachine et aux alentours. Elle épousera Jean-Gabriel PICARD (fils de Hugues PICARD dit LAFORTUNE et de Anne-Antoinette de LIERCOURT) qui s’est engagé pour la traite des Pays-d’en-Haut de 1692 à 1703. Douze de leurs enfants contracteront des unions avec des

SERRÉ, LAFOND dit MONGRAIN,

CARON,

DENIS dit SAINT-DENIS,

LEFEBVRE dit SAINT-JEAN,

DUBOIS dit LAVIOLETTE,

MELOCHE,

FONTBLANCHE dit QUESNEL,

HENRY dit LAFORGE

et ARCHAMBAULT.

5. Marie-Anne, née le 1 juin 1680 à Lachine, décédée au même endroit l’année suivante, le 4 août 1681.

6. Marie-Anne, née le 30 avril 1682 à Lachine. Elle épouse Jacques CHARBONNIER, veuf de Marie TALMY.

7. Marie-Clémence, née le 12 octobre 1684 à Lachine. Elle épousera Charles LEMAIRE dit SAINT-GERMAIN (fils de Étienne et de Hélène HAUSSE), un Irlandais du comté de Tipperary. Sept de leurs enfants se marieront dans les familles

LEFEBVRE dit SAINT-JEAN,

PREGENT dit L’ŒILLET,

PILETTE,

TESSIER dit LAVIGNE,

DUCHARME dit LAFONTAINE,

TRUDEAU

et DICAIRE.

8. Antoine-Jean, né le 9 février 1687 à Lachine. Il sera maître-forgeron à Pointe-Claire et il se marie à l’âge de 38 ans à Françoise ROY (fille de Louis et de Françoise ROY dit LAPENSÉE). Leur fille épousera un VINCENT dit CHRÉTIEN.

9. Marie-Barbe, née le 14 avril 1689 à Lachine, elle épousera Jean-Baptiste CHÉNIER (fils de Jean et de Geneviève FERRÉ) à Lachine en 1709. Douze de leurs enfants épouseront des

GERVAIS,

FOUCHER,

BIRON,

MOREL dit MADOR,

PILETTE,

VIGER,

CHASLE dit DUHAMEL,

BLONDEAU,

AUBUCHON dit LESPÉRANCE,

RAYMOND dit PASSECAMPAGNE

et PROULX.

10. Jean-Baptiste, né le 28 février 1691 à Lachine, il épousera, en 1711, Catherine JANSON (fille de Pierre JANSON dit LAPALME, l’architecte et entrepreneur des ouvrages de maçonnerie pour le roi, et Esther DANNESSÉ de LONGCHAMPS). Le couple quittera la région de Montréal et s’installera dans la région de Champlain-Batiscan-LaPérade et reviendra à Lachine vers 1721. Jean-Baptiste était cordonnier. Trois enfants épouseront des DROUILLARD d’ARGENCOURT, MOREL dit MADOR et LEDUC.

11. Marie-Barbe, née le 17 décembre 1693 à Lachine, elle épousera Jean-Baptiste SÉDILOT dit MONTREUIL (fils de Jean et de Françoise POITRAS) et ils s’installeront vers Sainte-Anne-de-Bellevue et Soulanges. Leurs enfants épouseront des LALONDE, GIGNAC, HENRY dit LAFORGE, LALONDE, MARTIN dit SAINT-JEAN, PARENT, MIVILLE, PRIEUR dit LÉGER, DEVILLERAY.

André et Clémence adoptent un amérindien panis: André dit Skianis ou Scaianis.

André RAPIN dit SKIANIS (alias RAPIN dit LANDROCHE dit SCAYANIFS), qui était un Amérindien de la tribu PAWNEE (panis). Ce fils adoptif s’est engagé dans la traite des fourrures en 1723. Il épousera Anne GOURDON dit LACHASSE (fille de Jean et de Michèle PERRIN), qui était la nièce de Clémence Jarry, sa mère adoptive. En effet, la mère de Clémence Jarry est Jeanne Merrin, et cette dernière est aussi la mère de Michèle Perrin. André et Anne auront quatre enfants.

Saviez-vous que André Rapin est l’ancêtre de :

* Paul Martin, politicien canadien

* Émile Legault, fondateur des Compagnons de St-Laurent

* Sir Edourd Percy Cranwill Girouard, gouverneur général du Kenya

Sources :

PRDH, Programme de recherche en démographie historique, Université de Montréal à http://www.genealogie.umontreal.ca/fr/main.htm

Jetté, René. Dictionnaire généalogique des familles du Québec : des origines à 1730, avec la collaboration du Programme de recherche en démographie historique de l’Université de Montréal ; préface de Hubert Charbonneau. Montréal : Presses de l’Université de Montréal, 1991, c1983.

Je ne serai pas tout seul à me coucher moins niaiseux ce soir.

Là je suppose que vous voulez savoir si vous êtes un descendant ou une descendante d’André Rapin dit Skianis…

Vous trouverez tout sur Internet si vous savez comment chercher.

Pour ceux qui cherchent d’autres « péronismes » de Yogi Berra, en voici d’autres…

"Slump? I ain’t in no slump… I just ain’t hitting."

"You better cut the pizza in four pieces because I’m not hungry enough to eat six."

"I didn’t really say everything I said."

"I made a wrong mistake."

"Baseball is 90% mental, the other half is physical."

"You should always go to other people’s funerals; otherwise, they won’t come to yours."

"I wish I had an answer to that, because I’m tired of answering that question."

"This is like déja vu all over again."

"When you come to a fork in the road, take it."

"I couldn’t tell if the streaker was a man or a woman because it had a bag on its head."

Traduction libre…

« Une disette au bâton? Ce n’est pas une disette… Je ne suis pas capable de frapper la balle. »

« Vous devriez couper la pizza en quatre, car je n’ai pas assez faim pour six morceaux. »

« Je n’ai pas réellement dit ce que j’ai dit. »

« J’ai fait une fausse erreur. »

« Le baseball c’est 90 %  de mental, l’autre moitié c’est physique. »

« Vous devriez toujours aller aux funérailles des gens, autrement ils ne viendront pas aux vôtres. »

« Je souhaiterais avoir une réponse à ceci parce que je suis fatigué de répondre à cette question. »

« C’est comme si c’était du déja vu encore une autre fois. »

« Quand vous arrivez à une bifurcation sur une route, prenez-là. »

« Je ne pouvais dire si le nu-vite était un homme ou une femme, car il avait un sac sur la tête. »

Une dernière chose, avant de vous quitter, le terme chirurgien dans le cas d’André Rapin faisait surtout référence au métier de barbier-chirurgien dans le temps de la colonie…

Les barbiers et les chirurgiens sont considérés, en tant que manipulateurs de rasoirs et lancettes, comme faisant partie d’une seule et même profession. Ce sont des artisans qui n’ont pas suivi d’études ni appris le latin et qui ne font que manier le rasoir et traiter des maladies externes. Les barbiers-chirurgiens ont pour fonction de raser, saigner, purger et soigner les petits maux quotidiens.

Ils sont proches de leurs clients par le langage. Souvent, ils connaissent la langue locale ou le patois, leur tenue et leurs mœurs. Ils proposent des tarifs accessibles. Mais leurs compétences se résument essentiellement à la lancette (petit instrument à lame plate utilisé pour la saignée et les petites incisions) et au clystère (lavement). Sur votre route, vous risquez de rencontrer le barbier chirurgien. Faites gaffe, il est certain qu’il vous auscultera et vous proposera certainement un lavement, une saignée ou un rasage de près, de très près…


Pour la source, cliquez sur l’image

Dimanche, je vous amène à Saint-Ici…

About these ads

Une réflexion sur “André Rapin, fils adoptif d’André Rapin

  1. Bonjour
    Et bravo pour cet article "pas rasoir" du tout.

    Je n’y connais rien en baseball, mais ce gars là tenait des propos pertinents ! Je ne m’en doutais pas, pourtant il existe un club à limoges: les Sparks, c’est mon mari qui vient de me dire ça, mais ils agissent en toute discrétion…
    Pour ce qui concerne la descendance d’André, c’est bien ce qu’il me semblait, ce sont surtout ses filles qui ont prospéré. Où sont les RAPIN de nos jours?
    Le PRDH a fait une erreur en ce qui concerne la paroisse de naissance d’André, il est né à Saint-Paul-en-Pareds et non à Saint-Paul-Mont-Penit, où on n’a jamais vu un seul RAPIN; les 2 communes sont distantes d’environ 60 km.
    A bientôt
    Pascale OUVRARD

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s