L’ancêtre Bud Light de la semaine: Barnabé Jodoin

Le concept de l’ancêtre Bud Light de la semaine se voulait un complément humoristique au livret Labatt sur les ancêtres de chez nous.


Je l’avais mis un peu de côté, comme le concept de l’ancêtre Labatt, car j’avais peu de courriels de gens reliés à mes ancêtres.

J’aimais bien le concept par contre.

Puis j’ai eu un beau message cette semaine…

Bonsoir,

Quel plaisir de vous lire! Je vois bien que nous sommes clairement parents puisque ma mère me parlait de sa grand-mère Cordélia Monette. Je vous remercie grandement de m’offrir des photos et je suis intéressée à en savoir le plus possible. D’ailleurs, au cours de l’été, j’aimerais me rendre en France pour visiter le village d’origine de l’ancêtre qui a traversé l’océan. Évidemment, je vous remercie pour tout ce que vous pourrez m’apprendre en ce qui concerne les Renaud entre autres si vous le savez, le lieu d’origine, maison, église, etc.
Je ne savais pas que Ovila avait un frère, pompier comme lui: c’est très intéressant!
Au plaisir

Cette personne a comme un de ses ancêtres lointains Barnabé Jodoin en plus de Mathurin Renaud.

Barnabé est le père de Claude Jodoin qui a marié Anne Thomas.

Un des fils est Jacques Jodoin. Il est l’ancêtre de Berthe Jodoin, la belle-fille de Cordélia Monette.

Quant à Anne Thomas, je n’en dis pas plus…

Cliquez ici.

Anne Thomas, fille du Roy

Intéressant l’histoire…

Beaucoup plus qu’à l’école surtout si vous avez cliqué sur un des liens qu’on avait sur ce site précédent.

Je n’en dis pas plus… sauf que des histoires comme ça, tout le monde en a dans l’histoire de ses ancêtres… même moi.

Cliquez…

Une fois qu’on a trouvé des liens historiques avec nos ancêtres, on a la piqûre.

Quand à Cordélia Monette, qui est une de mes huit arrière-grands-mères, voici sa photo.

Je ne sais pas grand chose d’elle. Je ne sais même pas si elle était gentille…

Je pense que ma nouvelle correspondante va me le dire.

Demain, un autre ancêtre Bud Light…

Zotique Léveillé, le père de Marie-Paule.

Zotique Léveillé à l’âge de 10 ans

Coudonc… C’est quoi au juste sa nouvelle passion?

J’avais fait une petite allusion à ma nouvelle passion…

C’est à la toute fin de cet article.

Voici ma nouvelle passion.

Ben quoi… c’est juste une photo…

Détrompez-vous.

Ce n’est pas juste une photo.

C’est la photo de la famille d’Albert Chartrand et d’Alexandrine Latour.

Ma nouvelle passion est en lien avec cette photo.

Ici…

Clarisse Chartrand

 

J’ai rencontré Clarisse en sortant de la Résidence des Moissons mardi dernier.

J’avais un rendez-vous avec monsieur Lauzon pour qu’il me parle de ses nombreux albums photos, mais il n’était pas là.

J’étais un peu inquiet.

Je suis allé voir à la cuisine et on est allé vérifier. Il avait quitté plus tôt le matin.

C’est en sortant que j’ai fait la rencontre de Clarisse. Elle attendait sa fille pour aller se faire coiffer.

Je l’avais rencontré une première fois à la résidence quand le sous-comité du comité Histoire Patrimoine et Toponymie de la Ville est allé rencontrer des résidents pour emprunter leurs photos et les numériser.

J’avais apporté la fameuse photo du bi de grange.

Elle se demandait bien où j’avais eu cette photo.

Toute l’histoire est ici…

Tout ça pour dire que je rencontre depuis deux mois avec le sous-comité des résidents de la Résidence des Moissons et je consigne leurs souvenirs sur mon enregistreuse vocale Olympus.

Je peux sauvegarder les souvenirs sur mon ordinateur et faire ensuite des montages sonores.

Une sorte de mémoire vivante.

J’ai déjà une dizaine d’heures de souvenirs inédits.

Une photo vaut mille mots, mais une personne qui parle d’une photo en vaut bien un million…

Attendez que je vous raconte ça…

En passant, Clarisse est toujours aussi belle.

Pour vous faire languir…


J.A. Léveillé, photographe

L’abbé Joseph Alexis Léveillé n’a été vicaire à Sainte-Anne-des-Plaines que quelques années, mais il a laissé des souvenirs impérissables dans la mémoire vivante d’une petite fille. Cette petite fille photographiée ici vers 1938 partage ses souvenirs et ses photographies.

1938, ferme familiale de Zotique Léveillé

Un sous-comité du comité Histoire, Patrimoine et Toponymie travaille depuis deux mois à numériser les photos qui racontent l’histoire de Sainte-Anne-des-Plaines. Toutes les photos des archives de la Ville ont été numérisées. Nous en sommes maintenant à la phase d’indexation de quelque mille photos.

Un avis de recherche fut lancé officiellement la semaine dernière dans les journaux locaux.

La glace est donc officiellement brisée et je peux maintenant laisser libre cours à ma douce folie et tout vous raconter.

Attendez que je vous raconte ce que Marie-Paule m’a racontée sur le vicaire J.A. Léveillé, photographe.

Je la rencontre aujourd’hui même.

En caravane, allons à la cabane

Petite pause aujourd’hui, car hier je suis allé à la cabane d’Alain mon cousin.

Si certains vont en pèlerinage à La Mecque, moi c’est à la cabane à sucre de mon cousin que je vais.


Alain est le fils de Florent Sauvé, le frère de ma mère.

Entre 1960 et 2007, j’ai peut-être vu mon oncle cinq fois.

Depuis 2007, je ne manque aucune occasion d’aller le visiter.

La cabane n’est qu’un prétexte…


C’est sa femme Evelyne qui avait toutes les photos de mes ancêtres maternelles.

C’est donc elle qui est la grande responsable de ma passion pour la généalogie…

Voici Euclide Sauvé, le père de Florent.

J’avais déjà parlé de mon grand-père si j’ai bonne souvenance.



Euclide Sauvé


Léon Sauvé


Honoré Sauvé

Ma tante Evelyne n’avait aucune photo de Joseph Sauvé dit Laplante mon arrière-arrière-arrière-grand-père ni de mon arrière-arrière-arrière-grand-mère Catherine Martin dit St-Jean.

Joseph Sauvé dit Laplante est décédé en 1856, et je ne pense pas qu’il existe de photos.

Je peux quand même me l’imaginer en regardant les photos de mes autres ancêtres Sauvé…

Je vais quand même vous parler de lui.

Joseph Sauvé était l’arrière-petit-fils de Pierre Sauvé, l’ancêtre de tous les Sauvé d’Amérique.

De quoi se péter les bretelles ce matin.

En 2007, je savais peu de choses sur ma lignée maternelle.

Maintenant, je peux accoter n’importe qui.

Ma « très grande » connaissance m’a permis de faire des liens inattendus avec d’autres personnes.

Notamment Angélique Martin dit Saint-Jean, la belle-soeur de Joseph Sauvé dit Laplante.

Elle s’était mariée avec Joachim Sauvé.

C’est en faisant des recherches sur les Sauvé que Ron Depatie connaissait que j’ai trouvé d’autres liens.

Cette recherche m’a amené à trouver une soeur d’Honoré Sauvé : Catherine Sauvé.


J’ai retrouvé Catherine en faisant d’autres recherches sur les Sauvé pour un autre de mes lecteurs. J’ai pu aussi trouver d’autres liens : un frère d’Honoré, Joseph fils marié à Mathilde Leduc.

Je n’ai pas de photo de Joseph fils.

Il était l’ancêtre d’Odette, une petite Américaine qui cherchait ses racines.

Voici sa grand-mère.

Eileen Katrine Sovie

Pour terminer… cliquez ici pour vous sucrer le bec…

Si vous avez aimé, cliquez ici.

La famille Brière

Si votre patronyme est Brière, vous devez vous demander si vous n’auriez pas des liens avec Joseph Brière.

Vous vous demandez aussi si je suis assez obsédé par la généalogie pour pousser mes recherches dans cette direction même si je n’ai aucun lien avec cette famille.

Effectivement je l’ai fait, car ma correspondante est une descendante directe de Denis Brière et Françoise Bigot et elle ne savait rien de ses ancêtres Brière.

Elle avait reculé sa lignée paternelle seulement jusqu’au père de Joseph avec quelques indices sur les autres.

Toussaint Brière et Stéphanie Myre (daguerrotype)

Ce sont les parents de Joseph.

Ensemble, on a tout trouvé, mais ce ne fut pas facile

Je pourrais tout vous raconter, mais ça prendrait tout votre temps.


Disons seulement que le patronyme Brière s’écrivait aussi Labrière, Labriaire, Labruyère, etc.

Pas facile pour une petite Américaine d’y voir clair.

Voici le site de l’association des Brière.

Cliquez ici.

J’aime beaucoup leur introduction…

L’historique

Nous croyons que l’histoire est le récit des hommes célèbres.
Elle est surtout celui de la naissance et du développement des peuples.
À ce titre, tous les pionniers, même les plus obscurs, ont le droit d’entrer dans l’histoire.
Ceux qui ont tracé notre chemin sont Jean et Denis Brière.  Raconter leur histoire, retracer leurs origines, donner la lignée de leurs premiers descendants c’est poser une pierre à la base de notre histoire.

C’est tout à fait ce que je pense de la place importante qu’occupent nos ancêtres dans l’histoire de notre petit monde à l’envers.

Pour terminer sur une note plus légère, disons que Joseph Brière est un 4e cousin à deux générations de notre maire Guy Charbonneau.


Je vous le disais que Sainte-Anne-des-Plaines est la Mecque de la généalogie…

Quant à moi, il existe un lien, mais je suis certain que cela ne vous intéresse pas de le savoir.

En attendant cliquez ici si les daguerrotypes et les vieilles photos vous passionnent.

La main coupée de Joseph Brière

La main coupée de Joseph Brière alimente bien des conversations par les temps qui courent…

- Sir…

On en a gros…!

On en a gros Sir…!

En direct de la Table ronde…


– Plaît-il preux chevaliers Karadoc et Perceval…?

– Sir… On en a gros…! La main coupée Sir. On veut savoir nous aussi. On en a gros…!

Ils ne sont pas seuls à vouloir savoir…

Yvon Lauzon aussi et il continue d’alimenter la discussion sur mon blogue…

Bon matin Pierre,

sur la photo de 1908, M. Joseph Brière semble ne pas avoir de main gauche.  Sur la photo de 1901, c’est la main droite qui semble absente.


Joseph Brière et Ida Levasseur en 1899

 

Cette photo est un daguerrotype. Elle est inversée.

Cliquez ici pour vous instruire.

C’est ma correspondante Facebook qui me l’a dit.

Je ne le savais pas.

Voici donc la photo dans le bon sens.

Ça plein de bon sens Ida…

La deuxième photo de la famille Brière qui n’est pas un daguerrotype…

Photo qui serait plutôt prise vers 1907

La main coupée est cachée par la petite Rosalie Brière.

Sur la troisième photo que je ne devrais pas vous montrer…

On voit à gauche de la photo la main droite de Joseph. La main gauche (à droite) de Joseph est celle qui a été coupée.

J’espère que tout ça fait du sens.

- Crois-tu papa que le monsieur Lauzon du haut du Trait-Carré va demander
au gentil monsieur où tu t’es fait couper la main…?

- Le haut du quoi mon petit Napoléon  ?

– Le haut du Trait-Carré mon époux Joseph, en s’en allant vers Saint-Janvier.
C’est Jean-Marie qui m’a tout expliqué…

 

- Sir… Pour le Graal.
A-t-on cherché de ce côté…?
– Karadoc et Perceval ont fait le haut du Trait-Carré, mais pour le bas…?
Faudrait demander à Dame Cécile quoi.