L’ancêtre Bud Light de la semaine: Jean Quenneville

Vous devez bien rire…


Les preneurs aux livres de Las Vegas avaient coté ça à 5 contre 2 que je n’allais pas tenir ma promesse…

Comme un ivrogne, je ne sais pas tenir une promesse.

Comme un ivrogne, j’ai toujours une bonne excuse.

Je ne bois pas, mais j’écris beaucoup.

C’est la même chose.

Qui est donc ce Jean Quenneville pour que je ne tienne pas ma promesse ?

Un autre ancêtre direct…!

Sa fille Marie-Anne a marié Paul Lauzon, le fils de Gilles Lauzon, le chaudronnier.

Le couple Lauzon-Quenneville sont les ancêtres directs d’Élise Chartrand dont l’arrière-arrière-grand-mère est leur fille Catherine Lauzon.

Il ne dit pas tout…
Il vous cache des choses sur moi…

J’ai trouvé le texte qui suit sur Internet il y a deux ans quand j’avais fait la rencontre virtuelle de Linda Goodrich qui demeure en Australie. Elle avait des Quesnel dans son arbre.

Elle avait été adoptée et elle s’était fait un site de généalogie sur ses ancêtres Quenneville.

Linda et sa mère biologique

Cliquez ici…

Voici le texte.

Jean Quenneville, notre premier ancêtre au Canada et celui des familles Quenneville, Quesneville, Queneville, Quenville et Kenville, était originaire de St-Nicolas de Rouen, de la province de Normandie, France.

Jean Quenneville émigra de France au Canada vers l’année 1672, à l’âge de 19 ans. La première trace officielle qu’on en trouve est dans les registres de Notre-Dame de Montréal, à la date du 12 février 1674; c’est son acte de mariage avec Denise Marie âgée de 20 ans. Jean et son épouse s’ établirent à Montréal. Outre son métier de Maitre-Tailleur, qu’il dut exercer à l’occasion, Jean se fit comme tous les colons de cette époque, cultivateur. Un recensement fait en 1681 nous le rapporte établi sur une ferme dans le fief Verdun. Le recensement mentionne en outre qu’ils ont deux arpents de défriches sur leur ferme et que Jean possède un fusil pour la défense de la colonie.

Jean Quenneville était en outre chantre et bedeau à la paroisse de Notre-Dame de Montréal. Il conserva ce poste jusqu’à sa mort. Ce fut son frère Jean-Baptiste qui le remplaça dans cette fonction. Dès le mois de juillet 1681 Jean Quenneville se fit immatriculer huissier pour le bailliage de Montréal; il continua de remplir ces fonctions jusqu’à sa mort le 23 août 1701.

Les huissiers à cette époque avaient un autre rôle qu’aujourd’hui; ils faisaient également la sommation des tribunaux, ce que font aujourd’hui les notaires, et aussi les significations des pièces de procédures que font les simples huissiers.
Tout en continuant de pratiquer comme huissier, Jean devint geôlier et concierge de la prison en 1690, poste qu’il garda jusqu’à quelques mois avant sa mort.

Il remplit en outre les fonctions de greffier intérimaire aux séances du 26 novembre 1686, du 4 octobre 1687, et du 4 juillet 1692.

À cette époque les juges s’absentaient assez fréquemment et se faisaient remplacer. Jean Quenneville remplaça le juge à trois reprises différentes; en 1691, 1692, 1695.

Jean Quenneville laissait après lui quatre fils qui devinrent chefs de nombres familles. L’un d’eux s’ établit à Longueuil, et ses descendants se retrouvent à Longueuil, Chambly et les environs; les trois autres s’ établirent dans la région de St Laurent et du Sault-au-Récollet, ou leurs descendants se multiplieront débordant plus tard dans l’Ile Jésus, dans les paroisses de St-Martin et St-Vincent-de-Paul.

La semaine dernière, un autre descendant Quenneville s’est manifesté.

Monsieur Laplante m’avait envoyé un courriel pour me demander mon aide avec les Quenneville, et j’ai eu comme un flash.


C’est en fouillant dans mes archives que j’ai découvert une photo de la mère de monsieur Laplante sur le site de Linda Goodrich,

1906

Linda avait écrit cette vignette…

This is a picture of my Great Grandfather Olivier Quenneville with his third wife Lea LeBlanc sitting in the back row. The children in their age range I think are: Back row: Nelson, Marie Louise, Lea (in the nuns habit) and Albert standing behind Olivier. Next row: Marie Berthe, Euphemie, Rose, Analda and Philias. Seated in chairs Thomas with twins Ernest and Emile standing in front, Hector in the other chair. On steps are Lucien in front, Fabiola and Paul sitting on step.

 

J’ai fait un petit montage pour me démêler tout ça…

Sa mère serait cette personne selon Linda…

Euphémie Quenneville

Euphémie maria Arthur Laplante le 17 août 1908 en l’église Ste-Euphémie à Casselman dans le comté de Russell en Ontario.

Voilà donc mon tout dernier article sur l’ancêtre Bud Light de la semaine…

Vous pouvez me croire…

Promis, juré, craché… À moins que monsieur Laplante me demande de l’aide pour ses ancêtres Laplante…

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s