10 avril 1941

Un petit spécial samedi, car ma boîte de courriel déborde…

Yvon Lauzon nous écrit…

Cliquez svp…

Salutations Pierre,

Cette photo a été prise sur le toit de l’épicerie de M. Moise Coursol, coin Ropery et Grand-Tronc.

Comme disait tante Germaine, nous sommes à la Pointe St-Charles (10 avril 1941, c’est ce qui est écrit derrière la photo)

de gauche à droite, première rangée:
Thérèse Coursol (fille d’Henri Coursol), Azélie Lauzon (1866-1945) et M. Moise Coursol (1858-1945).

Deuxième rangée:
M. Paul-Émile Boutin, Henri Coursol,suivi de son épouse: Carmelle Brisebois, dame inconnue, M. Calixte Boutin, Charles-Auguste Boutin ( curé et professeur de sciences au collège l’Assomption), Anna Joly (seconde épouse de Calixte, elle était originaire de Ste-Scholastique), Louise Coursol (fille d’Henri Coursol) et inconnu.

Ce n’est pas une photo de train.  Cependant, la route où était située l’épicerie était sur Grand Tronc, une compagnie ferroviaire du début du siècle.

Notez que M. Calixte Boutin était natif de Lévis, en épousant Yvonne Coursol, il est venu s’établir à la Pointe St-Charles.  Il y a travaillé comme… breakman pour le CN.

Avec un peu d’imagination, on croirait entendre le sifflet de vous savez quoi?

À bientôt!

Yvon L.

Yvon m’a aussi envoyé cet autre courriel…

Bonsoir Pierre,

Cet été, je suis allé faire un pèlerinage à la Pointe St-Charles.  Tante Germaine en parlait de temps en temps et pour cause, Moise Coursol était son parrain.  D’ailleurs, je me suis toujours demandé si la poupée qu’elle tient dans ses bras (photo de famille prise au Trait-Carré), ne provenait pas de son oncle.

En me promenant du côté des Irlandais (l’autre bord de la VOIE FERRÉE), le guide nous a fait observer le fameux restaurant où les scènes de l’émission Taxi 22 (avec Patrick Huard) étaient tournées.  Le commerce suivant était une boucherie.  En jasant avec le gentil propriétaire, il me remet un feuillet de son commerce.

C’est pas n’importe quelle famille qui s’établissait à la Pointe St-Charles!

Yvon L.

Dites que Pierre Lagacé vous envoie…