À tout seigneur, tout honneur

Je n’ai pas tellement parlé de la famille Gagnon sur mon blogue depuis le début.

Je présume que le moment n’était pas propice pour le faire.

Pourtant je connais beaucoup de Gagnon à Sainte-Anne…

Ignorant que mon karma me destinait à en parler, je suis allé à la boucherie des Seigneurs, car j’avais gagné le tirage de la semaine… un bon d’achat de 25 $. Bon ce n’est pas la 6/49, mais je gagne jamais ou presque.

Parle, parle, jase, jase, karma ou pas, je demande tout bonnement comme ça au boucher s’il résidait à Sainte-Anne-des-Plaines.

Il me dit que son commerce existe depuis dix ans, que la maison où se trouve son commerce est centenaire, mais qu’il ne réside à Sainte-Anne que depuis trois ans.

Il sait peu de choses sur l’historique de la maison…

Je lui dis que si je lui posais cette question c’est je m’intéressais à l’histoire, au patrimoine et un peu… à la généalogie des gens d’ici.

Monsieur Gagnon me dit qu’il venait plutôt de Terrebonne… et là je lui dis que les premiers habitants de Sainte-Anne venaient en fait d’un démembrement de Terrebonne, et qu’il y avait plein de Gagnon dans le coin comme Denys Gagnon sur la 5e Avenue et Yvan Gagnon sur la 6e Avenue, plombier de son métier, que je prenais toujours pour Roger Gagnon (son père) avant qu’il me parle de sa généalogie en réparant mon chauffe-eau…

Je demande à Gilles Gagnon le nom de ses parents et de ses grands-parents, n’importe quoi, quoi, pour savoir s’il avait des ancêtres Gagnon qui auraient habité ici.

Son fils Sylvain qui est en train de travailler lâche tout pour appeler sa mère afin de trouver plus d’informations. On me parle d’Ovila Gagnon, de Ferdinand Gagnon, d’Exilda Boisvert, de Charles-Auguste Lalande, d’Albertine Presseau, et j’en passe.

Devinez quoi…

J’avais déjà fiché Gilles Gagnon et toute sa lignée dans mes fiches généalogiques.

Gilles Gagnon portait le numéro 18460.

Son père Ovila est le frère de Ludger Gagnon qui est le grand-père de Véronique Gagnon, une de mes lectrices les plus assidues de mon blogue.

Qui plus est, Hormidas Gagnon, le frère de Ferdinand Gagnon, le père d’Ovila, a marié Arseline Vezeau, la fille de Léon Vezeau, propriétaire de la Maison Vezeau.

Là je me suis dit qu’il y avait anguille sous roche et que mon karma essayait vraiment de me dire quelque chose…

Ça fait qu’à chaque fois qu’on m’envoie un courriel pour me demander un petit renseignement, ça fait toujours boule de neige pour ne pas dire que cela créer une avalanche.

Avant de partir de la boucherie, j’ai dit à monsieur Gagnon de s’assurer que les photos de famille ne se perdent pas, car elles sont riches en information.

J’avais peut-être ma petite idée derrière la tête…

Tiens, question de vous laisser un peu sur votre appétit, une petite photo… pour piquer votre curiosité…

New Bedford, Massachusetts
circa 1930

About these ads
Cette entrée a été publiée dans Non classé. Bookmarquez ce permalien.

6 réflexions sur “À tout seigneur, tout honneur

  1. Salut Michel,

    Je ne veux pas me péter les bretelles…, mais Gilles est le beau-frère de mon 6e cousin.

    Le lien se fait avec Élise Chartrand, mon arrière-grand-mère et le frère de Gilles, Jean-Guy Gagnon marié à Suzanne Lauzon, dont l’ancêtre est Catherine Lauzon, la mère de François Chartrand, mon ancêtre direct.

    Avec ça, je ne sais pas si je vais avoir des prix spéciaux à la boucherie?

    Et dire qu’il y a du monde qui se cherche des liens avec Céline et qui n’en trouvent jamais.

    Dans la vie, il faut être patient.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s