Surprise, surprise…

Je me suis contrôlé et je ne vous ai pas mis d’article en fin de semaine même si j’ai eu ce commentaire samedi matin en me levant.

Bonsoir M Lagacé,

Suite à une recherche sur le web pour la famille de Ferdinand Vezeau, j’ai été redirigé sur votre article du 15 octobre 2008 dans lequel vous écrivez que vous allez nous parler la semaine suivante de Léon Vezeau. Léon Vezeau étant le père de Ferdinand qui était marié avec Marie-Anne Léveillé.

Nous habitons la maison de Ferdinand Vezeau sur la 3e avenue à Ste-Anne-des-Plaines

Est-ce que vous avez plus d’informations sur cette famille ?

Merci!

Cliquez ici pour aller voir mon article du 15 octobre 2008…

Effectivement, je devais vous parler de Léon Vezeau et je ne l’ai pas fait.

J’avais surtout parlé de la famille de Richard Lauzon. Richard s’était manifesté pour la première fois sur mon ancien blogue et m’avait envoyé plein de photos et je m’étais mis à refouiller dans le recensement de 1852…


Ce qui me fait penser que je dois aussi vous parler d’une autre chose qui se trame actuellement à Sainte-Anne-des-Plaines en lien avec le 225e.

Et ça, ça va faire jaser bien du monde à la sortie de la grand’messe.

J’espère juste que je n’oublierai pas de vous en parler…

Parlant de ne pas oublier, voici la fiche de Léon Vezeau sur mon site My Heritage.

Fiche de Léon Vezeau.

Léon Vezeau est le fils de Louis Vezeau et de Marie Sauriol.

Je n’avais pas trop porté attention à Louis Vezeau ayant été submergé de photos par les petits Lauzon de Sainte-Anne-des-Plaines, ceux qui sont sans doute des gènes japonais…

Louis Vezeau s’est marié trois fois.

Il s’est marié en premier avec Marie-Louise Clément, puis avec Marie-Anne Berthiaume en 1819 et Marie Sauriol en 1821.

La prochaine fois, je vais commencer par vous parler du premier mariage de Louis Vezeau, car je n’ai pas retrouvé l’acte de mariage et, sans celui-ci, on ne peut remonter la filière…

Soyez sans crainte, je vais vous parler de Ferdinand Vezeau et aussi du propriétaire de la maison de la 3e Avenue.

Voici la petite famille en 1901…

2 48 26 Vézeau Ferdinand M Head M Jan 2 1874 27
2 49 26 Vézeau Marie Anne F Wife M Mar 6 1875 26
2 50 26 Vézeau Bonident F Daughter S Jul 26 1898 2
3 1 26 Vézeau F. Raoul M Son S Feb 18 1901 1/12
3 2 26 Vézeau Léon M Father W Nov 1 1829 71
3 3 26 Vézeau Mathilda F Sister S 1875 25
previous household next household

Source Information:

1901 Census of Canada
Subdistrict: Sainte-Anne-des-Plaines, TERREBONNE, QUEBEC
District Number: 197
Subdistrict Number: e-1
Archives Microfilm: T-6547

Mais le plus intéressant dans les recensements, ce sont les voisins…

2 36 25 Gagnon Hormisdas M Head M Jun 11 1858 42
2 37 25 Gagnon Arzelime F Wife M Feb 4 1861 40
2 38 25 Gagnon Rose Anna F Daughter S Dec 20 1880 20
2 39 25 Gagnon Darsina F Daughter S Mar 25 1884 17
2 40 25 Gagnon Adrien M Son S Sep 25 1885 15
2 41 25 Gagnon Rosa F Daughter S Apr 17 1887 13
2 42 25 Gagnon Alfreda F Daughter S Jun 5 1891 9
2 43 25 Gagnon Jean Baptiste M Son S Oct 15 1892 8
2 44 25 Gagnon Marie Louise F Daughter S Nov 3 1893 7
2 45 25 Gagnon Joudare M Son S Jan 31 1895 6
2 46 25 Gagnon Donat M Son S Sep 25 1896 4
2 47 25 Gagnon Perméline F Daughter S May 22 1900 10/12
previous household next household

Arseline (Vezeau) Gagnon, la fille de Ferdinand Vezeau, est sa voisine.

En tout cas, c’est Lyne la coquine qui doit trouver toute cette histoire très drôle de ce voisin qui vit sur la 3e Avenue .

Clquez sur la maison…

About these ads
Cette entrée a été publiée dans Non classé. Bookmarquez ce permalien.

11 réflexions sur “Surprise, surprise…

  1. En effet j’aime bien cette histoire! Il devait être un beau monsieur ce Louis Vezeau! En tous les cas, il semble du moins avoir été populaire auprès de la gente féminine!

  2. Je ne suis pas la seule à m’intéresser aux fantômes de ma maison sur la 3e Avenue!
    Je connais le projet J’ai la mémoire qui tourne » j’ai pu voir quelques épisodes et c’était un magnifique travail.

  3. Je devrais me mettre à écouter la télévision plus souvent.

    Votre message tombe à pic, car je vais justement parler d’une émission de télévision que j’ai écouté l’année dernière.

    Ça va créer des ondes de choc sur mon blogue…

  4. Effectivement c’est pas toujours facile de retrouver les fantômes de nos vieilles maisons.

    Lors de mes recherches sur la famille Ferdinand Vezeau, j’ai découvert que les actes de ventes pouvaient être signés et enregistrés auprès du registre foncier à des date différentes, comme sur le lot 172 qui est le lot du vieux Ste-Anne entre la 5e Avenue au nord, le chemin de fer du Canadien Pacifique à l’est, le ruisseau Lacorne au sud et la rue principale.

    Pour le lot 172-24 qui est aujourd’hui le 228 3e avenue, Léon Vezeau le père de Ferdinand a acheté le terrain en 1886 de M. Daunais et a été enregistré seulement en 1894 au registre foncier soit 8 années plus tard.

  5. M. Daignault,
    Moi aussi je suis allée zieuter sur le registre foncier ;-).

    Ici pour le 215 , j’ai le numéro 172-58. Et chez moi c’est un dénommé Ovila Nantel qui a acheté du même Daunais que vous. Il a acheté en 1883 et il a été enregistré en 1884 au registre.

    Savez-vous qui était ce Daunais (simple curiosité )? Quand j’ai vu que le terrain devenait plus grand j’ai arrêté mes recherches, mon but étant juste de trouver la date exacte de construction de ma maison et son propriétaire. M. Nantel était menuisier alors je crois bien que c’est lui qui a bâti ici, rien de certain car les anciens écrits c’est pas évident à décortiquer mais je suis pas mal certaine.

    • Monsieur Édouard Daunais (père) en 1884 est cultivateur et deviendra bourgeois en 1903 lorsqu’il cède à son fils Édouard Daunais (fils) médecin demeurant dans l’état de New York aux États-Unis. M Daunais père possédait le lot 172 et d’autres lots sur le rang Ste-Claire qu’il avait eu de sa mère. La plus vielle transaction sur le lot 172 semble être le 29 mars 1876 pour le moulin à scie. Le lot 172 a été subdivisé officiellement le 28 octobre 1922.

      • Très interessant! merci pour la précision. Dans mes titres il y a une rente qui a été payé à la succession des descendants de feu Edouard Daunais , ils en parlent encore dans mes titres en 1940 ( une rente annuelle de 4 dollars).

        Merci aussi à Mme Therrien!

  6. Charles-Édouard Daunais père est l’époux de Mélina Charpentier.
    Charles-Édouard Daunais fils est l’époux de Amanda Chaumont fille de Joseph Chaumont et Philomène Simard (Maison Chaumont)
    Joseph Chaumont avait acheté le terrain de la Maison Chaumont de Mademoiselle Berthiaume (Mélodie il me semble) en 1884.

  7. Si on regarde le recensement de 1852 ci-haut affiché on retrouve au no 6 Mélanie Berthiaume avec ses parents et sa fratrie. On dit qu’elle a 19 ans donc plus de 50 ans en 1884 lorsqu’elle a vendu un lopin de terre à Joseph Chaumont pour bâtir la Maison Chaumont.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s