Je devais vous parler des ancêtres d’Alyce…

Ça m’arrive souvent de passer ou sauter du coq à l’âne sur mon blogue.

Alyce a attendu 10 ans après avoir lancé sa bouteille à la mer…

Si vous lisez l’anglais, allez lire la suite sur mon blogue Our Ancestors.

Là aussi je me contente d’un article par semaine.

Je soigne ma généalogie compulsive et j’y arrive… en tout cas jusqu’à maintenant.

Faisons plutôt une belle grande place à nos ancêtres d’ici, bien que je n’en ai aucun qui ait vécu à Sainte-Anne-des-Plaines.

Mes descendants en auront un en autant bien entendu que mes enfants se décident d’en avoir eu aussi. Je ne suis pas encore grand-père à 61 ans et je ne suis pas le genre à faire des pressions dans ce sens.

La paternité et la maternité est une chose bien trop importante.

Je vous présente une belle famille de Sainte-Anne.

C’est la plus vieille photo de la collection d’Yvon Lauzon qui est maintenant mondialement connu sur Internet tout comme le haut du Trait-Carré où il habite et est maintenant une sommité en la matière.

Yvon et moi nous sommes rencontrés il y a deux ans virtuellement avec l’envoi de ceci…

J’ai toujours eu peur des morts, mais la généalogie m’a peu à peu apprivoisé…

Quant aux hauts et aux bas du Trait-Carré, même après deux ans, je les mélangeais toujours… Mais maintenant c’est bien gravé dans ma mémoire…

Parlant de mémoire et du Trait-Carré, voici cette photo…

Yvon l’avait sauvegardé sous le nom ancetresinconnus… Il ne savait rien sur ces gens…, et pourtant.

J’ai tout de suite reconnu Éphrem Lauzon qui vivait dans le haut du Trait-Carré.

13 3 106 Lauzon Ephrem M Head M Aug 28 1855 45
13 4 106 Lauzon Emma F Wife M Apr 20 1857 43
13 5 106 Lauzon Rodrigue M Son S Apr 16 1880 20
13 6 106 Lauzon Bernardette F Daughter S Nov 27 1881 19
13 7 106 Lauzon Alcide M Son S Aug 14 1883 17
13 8 106 Lauzon Valérie F Daughter S Feb 4 1885 16
13 9 106 Lauzon Adrienne F Daughter S Sep 19 1886 14
13 10 106 Lauzon Adrien M Son S May 13 1888 12
13 11 106 Lauzon Elzéar M Son S Oct 29 1889 11
13 12 106 Lauzon Emilienne F Daughter S Aug 20 1891 9
13 13 106 Lauzon Valérien M Son S Dec 4 1892 8
13 14 106 Lauzon Agnès F Daughter S Jul 20 1896 4
13 15 106 Lauzon Cyprien M Son S Nov 12 1900 1
previous household next household

Source Information:

1901 Census of Canada
Subdistrict: Sainte-Anne-des-Plaines, TERREBONNE, QUEBEC
District Number: 197
Subdistrict Number: e-2
Archives Microfilm: T-6547

Ensuite, après mes recherches, j’ai découvert que la photo avait été prise à l’été 1893.

J’en ai déjà parlé sur mon ancien blogue.

Ce n’est donc pas de cela dont je vais vous parler…

la semaine prochaine…

Coudonc, "yéti" en train de nous faire lire ses vieux articles avec ses hyperliens…?

Alyce au pays des merveilles

Bienvenue sur mon nouveau blogue sur la généalogie…

Nouveau, car je ne mettrai plus qu’un article par semaine. Ce n’est pas que je n’ai plus rien à dire, bien au contraire.

Tenez… samedi, je suis allé voir Marcel Bergeron, ce héros inconnu de Bromptonville.

Tout comme Eugène Gagnon, pilote de Mosquito dans la RAF, Marcel est un grand homme chaleureux malgré sa petite taille.

Je pourrais vous en parler pendant des pages et des pages et ce, pendant toute la semaine.

Ensuite, je pourrais vous parler d’une de ses filles…

Vous comprenez tout maintenant…

Revenons à Alyce ma troisième cousine à qui j’ai transmis le virus de la généalogie… et qui m’a envoyé cette photo…


Alyce LaGasse vit en Oregon et elle savait très peu de choses sur son père David LaGasse.

Elle avait écrit ce message en juillet 2000 sur le forum d’Ancestry…

Un peu comme une naufragé sur une île déserte qui écrit un message dans une bouteille puis la jette à la mer.


I have no idea where to begin!

My father was David Joseph LaGasse, born May 24, 1906 in New Bedford, MA. I believe that he had six brothers, amoung them were Marc, Sam, maybe a sister Rose Alice… his father was Idala LaGasse. My father died in 1953, I have never met anyone on that side. My, what a gift to know if there are relatives!
Thank you so much for any information.

[Traduction]

Je ne sais par où commencer!Mon père s’appelait David Joseph LaGasse, né le 24 mai 1906 à  New Bedford, Massachusetts. Je crois qu’il avait six frères dont Marc, Sam, peut-être une soeur Rose Alice… son père était Idala LaGasse.Mon père est décédé en 1953, Je n’ai jamais rencontré personne de ce côté de la famille.Mon Dieu, quel cadeau de savoir s’il y a de la parenté!

Merci beaucoup pour toute information.

Un peu comme moi en 2007, Alyce cherchait ses racines en 2000…


Alyce est tombée par hasard à la fin avril 2010 sur un de mes articles écrits sur mon blogue anglais.

Alyce n’avait donc que trois ans quand son père est décédé.

Une vie ponctuée à l’occasion de chagrin et de questionnement, un peu comme moi qui ne connaissait que peu de choses sur la famille de mon père.

Dans les années 70… à Montréal

Mon père n’est pas mort quand j’avais 3 ans.

Tout comme son père Léo Senior, qui était tailleur de son métier, mon père était un homme qui parlait peu.

Je ne savais donc que peu de choses sur mes ancêtres paternels.

circa 1954 au 4728 de Laroche à Montréal

C’est alors que les photos de famille ont commencé tranquillement à me parler… et m’ont permis de refaire ainsi le montage du long métrage de ma vie…

Juliette Métayer et Léo Lagacé Senior circa 1926 à Montréal

Et aussi du film de la vie de la petite Alyce de trois ans…

salon de la maison d’Olivine à Acusnet, Massachusetts circa 1930

On se revoit lundi prochain pour la p’tite vie d’Alyce.

Pas avant, c’est promis.

Rien ne sert de gager votre chemise comme mon grand-père, vous allez tout perdre.

Denis Lévesque…

Juste vous dire que je tiens parole…, même si je sais qu’il y a du monde qui ont dû gager gros que j’écrirais un article vendredi.

Un homme de parole… Prenez ma parole.

Les preneurs au livre de Las Vegas avaient coté ça à du 2 contre 1.

Eh bien non, vous avez perdu… à moins bien sûr que l’on considère ceci comme un article…

Côté prédiction, j’ai misé pour le Canadien en 7 et Chicago en 7.

À lundi…

Bon congé de la fête du patriote Regina Victoria Dollard dit Des Ormeaux quelque chose du genre.

Il faudra bien tous s’accommoder raisonnablement un jour ou l’autre.

À tout seigneur, tout honneur

Je n’ai pas tellement parlé de la famille Gagnon sur mon blogue depuis le début.

Je présume que le moment n’était pas propice pour le faire.

Pourtant je connais beaucoup de Gagnon à Sainte-Anne…

Ignorant que mon karma me destinait à en parler, je suis allé à la boucherie des Seigneurs, car j’avais gagné le tirage de la semaine… un bon d’achat de 25 $. Bon ce n’est pas la 6/49, mais je gagne jamais ou presque.

Parle, parle, jase, jase, karma ou pas, je demande tout bonnement comme ça au boucher s’il résidait à Sainte-Anne-des-Plaines.

Il me dit que son commerce existe depuis dix ans, que la maison où se trouve son commerce est centenaire, mais qu’il ne réside à Sainte-Anne que depuis trois ans.

Il sait peu de choses sur l’historique de la maison…

Je lui dis que si je lui posais cette question c’est je m’intéressais à l’histoire, au patrimoine et un peu… à la généalogie des gens d’ici.

Monsieur Gagnon me dit qu’il venait plutôt de Terrebonne… et là je lui dis que les premiers habitants de Sainte-Anne venaient en fait d’un démembrement de Terrebonne, et qu’il y avait plein de Gagnon dans le coin comme Denys Gagnon sur la 5e Avenue et Yvan Gagnon sur la 6e Avenue, plombier de son métier, que je prenais toujours pour Roger Gagnon (son père) avant qu’il me parle de sa généalogie en réparant mon chauffe-eau…

Je demande à Gilles Gagnon le nom de ses parents et de ses grands-parents, n’importe quoi, quoi, pour savoir s’il avait des ancêtres Gagnon qui auraient habité ici.

Son fils Sylvain qui est en train de travailler lâche tout pour appeler sa mère afin de trouver plus d’informations. On me parle d’Ovila Gagnon, de Ferdinand Gagnon, d’Exilda Boisvert, de Charles-Auguste Lalande, d’Albertine Presseau, et j’en passe.

Devinez quoi…

J’avais déjà fiché Gilles Gagnon et toute sa lignée dans mes fiches généalogiques.

Gilles Gagnon portait le numéro 18460.

Son père Ovila est le frère de Ludger Gagnon qui est le grand-père de Véronique Gagnon, une de mes lectrices les plus assidues de mon blogue.

Qui plus est, Hormidas Gagnon, le frère de Ferdinand Gagnon, le père d’Ovila, a marié Arseline Vezeau, la fille de Léon Vezeau, propriétaire de la Maison Vezeau.

Là je me suis dit qu’il y avait anguille sous roche et que mon karma essayait vraiment de me dire quelque chose…

Ça fait qu’à chaque fois qu’on m’envoie un courriel pour me demander un petit renseignement, ça fait toujours boule de neige pour ne pas dire que cela créer une avalanche.

Avant de partir de la boucherie, j’ai dit à monsieur Gagnon de s’assurer que les photos de famille ne se perdent pas, car elles sont riches en information.

J’avais peut-être ma petite idée derrière la tête…

Tiens, question de vous laisser un peu sur votre appétit, une petite photo… pour piquer votre curiosité…

New Bedford, Massachusetts
circa 1930

Bon je sais que c’est une idée de fou…, mais

Et si on faisait croire aux gens que les ancêtres de Madonna ou de Céline Dion ont déjà habité la Maison Chaumont ou bien encore la Maison Vezeau, ça pourrait remettre Sainte-Anne sur la map… et se faire envahir par une foule de touristes…

Bon, je sais que vous allez me dire que cette idée est farfelue et que mentir aux gens et les prendre pour des valises n’est pas tellement gentil à moins d’être un maire d’une grande ville et de passer pour un grand innocent aux yeux de ses concitoyens et se faire ramasser par le maire Régis Labaume cette semaine…

Tout ça pour mettre la table pour lundi parce que je veux vous avertir que j’ai trouvé un descendant d’un ancêtre de Sainte-Anne-des-Plaines.

C’est la pure vérité, revenez lundi… Ça va être succulent.

Ce descendant n’est pas parent avec Madonna, du moins à ce que je sache.

Louis Vezeau et Marie-Louise Clément : prise deux

On a finalement trouvé le mariage de Louis Vezeau et de Marie-Louise Clément à l’église Saint-Martin à Laval.

Le mariage a eu lieu de 14 juin 1796.

Le père de Louis est Pierre Vezeau et sa mère est Marie-Louise Guérin.

Sauf que je ne trouvais pas le mariage des parents… et j’ai eu de l’aide de Raymonde pour ficeler le tout..

Si vous cliquez sur Louis ci-dessus, vous aurez sa fiche généalogique.

Je vais donc vous parler maintenant de la Maison Vezeau qui n’est pas encore une maison historique comme la Maison Chaumont.

Un petit bijou…

J’avais parti un petit sondage pour nommer cette maison Maison Vezeau.

Les votes tardent à rentrer.

Ça nous prendrait un peu de pression politique quoique le patrimoine ça n’attire pas tellement les contributions…

Marc Daigneault m’a réécrit… et me permet de vous mettre son courriel.

Je lui avais dit qu’il avait eu la piqûre pour la généalogie.

Merci Pierre,

Oui effectivement la généalogie occupe une certaine partie de mes temps libres, par contre ce qui me tiens le plus à cœur c’est la restauration et la mise en valeurs des vieilles maisons et leur historique telle que celle que nous avons finie par restaurer l’an dernier i.e. la maison des Vezeau dont nous ne savons pas toujours si c’est Léon ou Ferdinand qui l’a construite et quand.

Nous avons dû approfondir nos dernières recherches, car nous avons proposé notre maison du 228, 3e Avenue au concours de l’association des amis propriétaires de maisons anciennes du Québec. Nous espérons que le jury arrête leur choix sur notre maison, car cela fait plus de 25 ans que nous travaillons sur cette propriété afin de la rendre identique à sa date de construction (que nous avons dû évaluer et non certifier) pour sa mise en candidature.

Nous avons aussi fait l’acquisition en 2006 de la maison de Toussaint Bélisle, voisine de la nôtre que nous allons restaurer aussi. (226, 3e Avenue).

Pour terminer, j’accepterais volontiers ton aide pour trouver les liens des Vezeau avec cette résidence, qui l’habitait et en quelle année?

Je suis vraiment chanceux cette semaine d’apprendre qu’on a vraiment de belles maisons historiques dans notre belle ville.

Ma chance s’est poursuivie avec ma prédiction de la victoire du Canadien en 7.

J’ai même gagné le prix de la boucherie des Seigneurs sur le boulevard Sainte-Anne. Un certificat de 25 $.

Et moi qui ne gagne jamais rien.

Ça doit être karmique.

NOTE :

Voici la famille de Toussaint Bélisle dans le recensement canadien de 1901…

On remarque que le transcripteur a confondu la façon d’écrire le double "s" et a mis un  "f"

On a bel et bien affaire avec Toussaint Bélisle

3 4 27 Bélisle Toufranit M Head M Nov 1 1858 42
3 5 27 Bélisle Angéline F Wife M Aug 17 1862 38
3 6 27 Bélisle Donalda F Daughter S Aug 1 1892 8
3 7 27 Bélisle Clotilde F Daughter S May 31 1899 1
previous household next household

Source Information:

1901 Census of Canada
Subdistrict: Sainte-Anne-des-Plaines, TERREBONNE, QUEBEC
District Number: 197
Subdistrict Number: e-1
Archives Microfilm: T-6547

Louis Vezeau et Marie-Louise Clément

Mon karma n’était pas au rendez-vous… et peut-être que oui…

Rien à faire présentement pour retracer les ancêtres de Louis Vezeau, l’ancêtre de Ferdinand.

Le karma de Marc Vezeau et de Claudette Clément était lui au rendez-vous.

C’est le seul couple de Vezeau-Clément que j’ai trouvé dans BMS 2000.

Marc est un descendant de Louis Vezeau et de Marie-Louise Clément. Claudette, quant à elle, est reliée à la lignée des Lauzon par sa mère Fernande Lauzon, fille d’Adéodat Lauzon et de Jeanne Perron. Fernande est la soeur de Floribert Lauzon décédé récemment.

Dans mes recherches intensives pour retrouver les ancêtres de Ferdinand Vezeau, je n’ai pu aller plus loin que Louis Vezeau…

Sans nager en plein mystère, on est en train de regarder les différentes paroisses de Laval. Raymonde m’a mis sur une piste intéressante, mais je n’ai pu valider son information sur un mariage en 1801 à la paroisse de Saint-Vincent-de-Paul.

Raymonde n’a pas été la seule.

Pour l’instant, on en reste là, mais…

Je suis très patient… sans que je croie particulièrement à mon karma.

Parlez-en à Alyce LaGasse, ma troisième cousine d’Oregon, qui est maintenant rendue célèbre sur ma version anglaise de mon blogue sur la généalogie…

Hi, my name is Alyce LaGasse

Elle avait laissé un message sur un forum de généalogie américain en juillet 2000… Ancestry pour ne pas le nommer.

Alyce est Américaine et voulait trouver ses racines.

J’ai alors mis mon petit karma à contribution en pondant des articles sur les Lagacé américains dans l’espoir d’attirer des descendants Lagacé comme elle.

Dix ans plus tard, son karma et le mien se sont donné rendez-vous.

Si vous savez lire l’anglais, cliquez ici.

C’est le premier d’une longue série d’articles sur ses ancêtres Lagacé. Et elle se continue, et je me demande si cela va se terminer bientôt à force de retrouver des descendants aux quatre coins des États-Unis.

Pour revenir au dossier Vezeau-Clément, je ne suis pas le seul à chercher le mariage de Louis Vezeau et Marie-Louise Clément…

Un autre message dans Ancestry pour ne pas le nommer.

From:
Subject: Bezeau/Vezeau – Clement
Date: Mon, 11 Nov 2002 17:34:42 EST

Hi all,

Looking for marriage info and parents of Louis Bezeau/Vezeau and Marie Clement, about 1800, probably in the Montreal area.

Thanks!

Michelle Valade Woodham

Dommage qu’elle ne cherche pas des Lagacé…

Voici une belle photo qu’Alyce m’a envoyée.

Elle ne reconnaissait que son père David en haut à droite et un autre de ses oncles, Samuel J. Lagasse.

On a identifié les trois autres.

Toute cette histoire est incroyable. Je ne vais pas la répéter ici, car elle est en train de toute s’écrire sur ma version anglaise de mon blogue de généalogie.

Connaissant maintenant mes gènes obsessionnels, je me sais mieux me contrôler, à moins que vous ne lisiez pas l’anglais…, alors mes gènes d’empathie vont prendre le dessus et je vais vous faire un petit résumé.

Les Belles de Sainte-Anne

Bon je sais qu’on est un mardi et que je ne suis pas supposé pondre un article, mais Marc Daigneault m’a envoyé cette photo d’une belle de Sainte-Anne.

Mon article sera très court je vous promets, mais vous ne perdez rien pour attendre la suite de cette histoire…

Cliquez et on vous ouvrira…

Demain, je vous parle de Louis Vezeau…

L’ancienne maison de Léon Vezeau

Une grande primeur ce matin…

Maison Vezeau

Mon lecteur m’a laissé un autre commentaire sur mon blogue… et je n’étais sûrement pas pour ne pas mordre à l’hameçon même si on n’est plus  au mois d’avril.

Effectivement c’est pas toujours facile de retrouver les fantômes de nos vieilles maisons.

Lors de mes recherches sur la famille Ferdinand Vezeau, j’ai découvert que les actes de ventes pouvaient être signés et enregistrés auprès du registre foncier à des date différentes, comme sur le lot 172 qui est le lot du vieux Ste-Anne entre la 5e Avenue au nord, le chemin de fer du Canadien Pacifique à l’est, le ruisseau Lacorne au sud et la rue principale.

Pour le lot 172-24 qui est aujourd’hui le 228, 3e Avenue, Léon Vezeau le père de Ferdinand a acheté le terrain en 1886 de M. Daunais et a été enregistré seulement en 1894 au registre foncier soit 8 années plus tard.

Lyne a ajouté une bûche dans le poêle, question d’alimenter la discussion.

M. Daignault,
Moi aussi je suis allée zieuter sur le registre foncier.

Ici pour le 215 , j’ai le numéro 172-58. Et chez moi c’est un dénommé Ovila Nantel qui a acheté du même Daunais que vous. Il a acheté en 1883 et il a été enregistré en 1884 au registre.

Savez-vous qui était ce Daunais (simple curiosité )? Quand j’ai vu que le terrain devenait plus grand j’ai arrêté mes recherches, mon but étant juste de trouver la date exacte de construction de ma maison et son propriétaire. M. Nantel était menuisier alors je crois bien que c’est lui qui a bâti ici, rien de certain car les anciens écrits c’est pas évident à décortiquer mais je suis pas mal certaine.

Voici l’information prise dans le recensement canadien de 1901.

Daunais Edouard     M  Head     M     Mar 6     1831     70
Daunais Mélina     F      Wife     M     Jul 6     1834     66
Miller C. Joseph     M  Boarder     S     May 2     1880     20
Lebel William     M      Boarder     S     Dec 6     1874     26

On dit d’Édouard qu’il est un bourgeois. Il vit avec Mélina Daunais (Charpentier). On a deux chambreurs.

Cliquez ici pour la fiche généalogique de Charles-Édouard Daunais.

En passant Mélina est la deuxième femme de Michel Alary, le père de d’Assise Alary celui qu’on cherche toujours sur les photos d’automobile.

L’histoire ne finira jamais de s’écrire dans notre belle ville.

Je me demande si ça ne serait une bonne idée de déclarer la maison Vezeau, ou celle de Lyne,… maison historique ?