Pierre aux pays de ses ancêtres

Maintenant quand l’occasion se présente, je retourne le plus souvent possible à Sainte-Marthe dans le comté de Vaudreuil après presque 40 ans d’une longue absence.

Une sorte de Survenant…

Nous pourrions tous écrire l’histoire de notre vie, et elle serait passionnante à lire.

C’est à Sainte-Marthe que j’allais avec ma mère et mon frère quand j’étais petit.

Dans ma tête d’enfant, j’allais à St-Clet et non à Sainte-Marthe. C’est que le train du Canadien Pacifique passait par St-Clet.

Nous arrivions à la gare et nous prenions le taxi, Je m’assoyais sur la banquette arrière grise de la Chevrolet 1953. Je revois encore la nuque crevassée du chauffeur.

J’en avais parlé sur mon ancien blogue…

Un de mes souvenirs d’enfance était la nuque du chauffeur. Assis en arrière, je la regardais. Elle était toute crevassée, comme celle mon grand-père Euclide et, maintenant, de mon oncle Florent. Je ne sais toujours pas, cinquante ans plus tard, ce qui cause ces crevasses dans la nuque… et si c’est génétique.

Tout ce préambule pour vous dire que je suis allé dîner jeudi de la semaine dernière chez mon oncle Florent et chez ma tante Évelyne.

Un des grands avantages d’être à la retraite est de pouvoir aller dîner chez son oncle et sa tante sans prendre de journées de maladie. Un rare privilège est de laisser notre oncle et notre tante encore vivants nous remplir la tête de beaux souvenirs et de belles anecdotes.

Je me rendais aussi à Sainte-Marthe pour trois autres raisons : aller porter des photos de  mon père qui était le parrain de mon cousin Alain, l’arbre généalogique de sa nouvelle copine et en plus assister au lancement du livre du 125e anniversaire de la paroisse de Sainte-Marthe.

Cliquez sur l’image

L’image que je vous mets est minuscule, mais elle cache un livre impressionnant avec quelque 400 pages et 1000 photos dont une vingtaine de photos d’ancêtres Sauvé et Quesnel.

J’y ai modestement participé en envoyant à l’auteure quelques photos de la volumineuse collection de photos de ma tante Évelyne qu’elle conservait autrefois précieusement dans deux sacs d’épicerie en plastique de Métro…

Après les avoir numérisées, je lui ai fait deux beaux gros albums pour mieux les conserver.

Comme j’ai déjà raconté toute cette histoire de long et en large…, je vais donc plutôt vous parler du livre d’Huguette Bourbonnais Dupras.

Huguette Bourbonnais est aussi une enseignante à la retraite. Elle a terminé sa carrière comme directrice d’école.

Elle s’est découverte une passion pour ses ancêtres et, chemin faisant, pour la généalogie.

C’est cette passion qui l’a amenée à écrire un magnifique ouvrage pour fêter le 125e anniversaire de sa paroisse.

Comme quoi l’enseignement mène à tout…, pourvu qu’on puisse en sortir vivant.

Cliquez ici pour lire le blogue de Richard Martineau.


About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s