Je vous présente ma cousine Alyce…

Vous savez que je suis une personne très très patiente…

J’avais écrit des articles sur la famille Lagacé sur ma version anglaise de mon blogue dans le but de partager toutes mes découvertes avec d’autres descendants d’André Mignier dit La Gâchette qui vivraient maintenant ailleurs qu’au Québec.

Alyce LaGasse a trouvé cet article que j’avais écrit le 18 décembre dernier, et elle m’a mis ce commentaire..

Elle avait l’air pas mal excitée.

Oh my goodness… what a surprise to find a follow-up – yes, even if I discovered this 6 months later and the post was . . . 10 years ago.

My interest is renewed – I do have relatives somewhere!

Yes, as per your blog, I am alive :) :) and would love to know more.

Please!

TRADUCTION SIMULTANÉE…

Oh mon Dieu… quelle surprise de trouver finalement une réponse suite à mon message- oui, même si j’ai découvert ceci écrit il y a six mois et que le message  datait de… dix ans.

Mon intérêt est ravivé – J’ai de la parenté quelque part ailleurs!

Oui, selon votre blogue, je suis vivante et j’aimerais en savoir plus.

S’il-vous-plait!

Tout ceci me rappelle comment Doris était tout excitée quand elle a appris des choses sur ses ancêtres Chaumont.

Comme je le répète dans mes articles, tout est une question de partage, et quelquefois vous devez être patient…

Dans le cas d’Alyce, ce fut une longue attente de dix ans…

Ça va faire une vraie belle histoire.

Je vous présente ma petite cousine Alyce.


:) :)

Alyce ressemble à ma tante Fleurette…

1956

Si je ne passe pas à Denis Lévesque avec ça, je me demande bien ce que ça va prendre…


Alice au pays de la Louisiane et de l’écrevisse

Doris est allée visiter les descendants de Narcisse Chaumont en Louisiane.

Ce n’est pas un poisson d’avril.

Elle m’a envoyé plein de photos qui me parlaient d’écrevisses!

J’aime mieux le pâté chinois.

Doris m’a aussi envoyé la photo d’un bébé alligator…

Beau comme un coeur…,

mais je préfère encore les chats.

Parmi toutes ses photos d’écrevisses, elle m’a joint celle-ci, et c’est ma préférée.

Belles comme des coeurs…

C’est Alice.

Doris m’a dit qu’Alice avait 90 ans et qu’elle conduit toujours sa voiture.

Elle parle aussi français

Oo… La… La…

Alice est l’arrière-petite-fille de Narcisse Chaumont.

Pour tout savoir sur lui, cliquez ici.

Alice est née en 1920. Son arrière-grand-père est décédé en 1896.

Doris m’a envoyé une photo du cimetière où Narcisse est enterré…

et une photo de la pierre tombale de Joseph Narcisse Chaumont.

On indique 1814 comme année de naissance, mais Doris a retrouvé l’acte de naissance de Narcisse et il est né en 1815.

Doris est devenue toute une experte quand il s’agit de parler de la famille Chaumont.

Et dire que tout ça avait commencé par un petit commentaire laissé sur mon ancien blogue.

Cliquez ici et allez lire le commentaire…

Hello,

I fell upon your website while doing genealogy research for the Chaumont side of my family. I think that I may have some info on my website that may be of interest to you

Doris Chaumont

Le monde est petit n’est-ce pas.

Mais il n’y a pas que Doris qui a trouvé une Alice…

Revenez vendredi.

Vous allez avoir toute une surprise… à moins d’aller lire mon blogue en anglais.

Heureuse qui comme Doris a fait un beau voyage…

Si vous êtes allé vous promener sur la version anglaise de mon blogue, vous savez que Doris est allée voir les ancêtres de Narcisse Chaumont en Louisiane.

Là je le sais, vous vous demandez quel bateau je suis en train de vous monter…

Si vous pensez ça, alors expliquez-moi cette photo…


Si vous n’avez aucune idée de ce dont que je suis en train de parler, cliquez ici pour tout comprendre

Pour les autres, je sais que vous allez revenir sur mon blogue mercredi.

Monique et les plaines de ma tante Marguerite…

Le destin n’était pas au rendez-vous.

J’avais écrit à Monique pour lui dire que j’étais allé à Québec pour le Salon du livre et le lancement de L’Alouette affolée

Je lui avais envoyé une superbe photo de mon épouse et de ma fille qui travaille au PUM. La photo avait été prise par le serveur au restaurant L’Astral.

Je lui avais mentionné le nom de monsieur Boulanger dont parlait Yvon Lauzon la semaine dernière.

Monique m’avait réécrit.

Bonsoir Pierre,

Que c’est dommage!

Je reviens également de Québec ce soir après avoir accompagné mon conjoint qui faisait une session de signatures.  Il vient de publier son premier roman intitulé Absolution avec l’éditeur Marcel Broquet, distribution par Prologue.  Si tu veux connaître ses livres qui seront publiés bientôt, tu peux aller sur son site Internet: alainlafrance.ca

Avoir su, on aurait pu se rencontrer!

J’ai pris plaisir à admirer les Plaines d’Abraham que j’appelle maintenant Les Plaines de tante Marguerite

Bonne fin de soirée,

Monique

Comme le disait Monique, il n’existe donc aucun lien actuellement d’établi entre la femme d’Abraham Martin et notre lignée des Langlois.

Probablement qu’il sera fort difficile de l’établir.

En attendant, vous êtes maintenant averti que tout ce qu’on trouve sur Internet est sujet à caution.

Moi le premier… Pierre Lagacé, descendant direct d’André Mignier dit La Gâchette, du moins j’espère.

Lundi, je vous reparle de Doris qui m’a trouvé sur Internet.


Pierre aux pays de ses ancêtres

Maintenant quand l’occasion se présente, je retourne le plus souvent possible à Sainte-Marthe dans le comté de Vaudreuil après presque 40 ans d’une longue absence.

Une sorte de Survenant…

Nous pourrions tous écrire l’histoire de notre vie, et elle serait passionnante à lire.

C’est à Sainte-Marthe que j’allais avec ma mère et mon frère quand j’étais petit.

Dans ma tête d’enfant, j’allais à St-Clet et non à Sainte-Marthe. C’est que le train du Canadien Pacifique passait par St-Clet.

Nous arrivions à la gare et nous prenions le taxi, Je m’assoyais sur la banquette arrière grise de la Chevrolet 1953. Je revois encore la nuque crevassée du chauffeur.

J’en avais parlé sur mon ancien blogue…

Un de mes souvenirs d’enfance était la nuque du chauffeur. Assis en arrière, je la regardais. Elle était toute crevassée, comme celle mon grand-père Euclide et, maintenant, de mon oncle Florent. Je ne sais toujours pas, cinquante ans plus tard, ce qui cause ces crevasses dans la nuque… et si c’est génétique.

Tout ce préambule pour vous dire que je suis allé dîner jeudi de la semaine dernière chez mon oncle Florent et chez ma tante Évelyne.

Un des grands avantages d’être à la retraite est de pouvoir aller dîner chez son oncle et sa tante sans prendre de journées de maladie. Un rare privilège est de laisser notre oncle et notre tante encore vivants nous remplir la tête de beaux souvenirs et de belles anecdotes.

Je me rendais aussi à Sainte-Marthe pour trois autres raisons : aller porter des photos de  mon père qui était le parrain de mon cousin Alain, l’arbre généalogique de sa nouvelle copine et en plus assister au lancement du livre du 125e anniversaire de la paroisse de Sainte-Marthe.

Cliquez sur l’image

L’image que je vous mets est minuscule, mais elle cache un livre impressionnant avec quelque 400 pages et 1000 photos dont une vingtaine de photos d’ancêtres Sauvé et Quesnel.

J’y ai modestement participé en envoyant à l’auteure quelques photos de la volumineuse collection de photos de ma tante Évelyne qu’elle conservait autrefois précieusement dans deux sacs d’épicerie en plastique de Métro…

Après les avoir numérisées, je lui ai fait deux beaux gros albums pour mieux les conserver.

Comme j’ai déjà raconté toute cette histoire de long et en large…, je vais donc plutôt vous parler du livre d’Huguette Bourbonnais Dupras.

Huguette Bourbonnais est aussi une enseignante à la retraite. Elle a terminé sa carrière comme directrice d’école.

Elle s’est découverte une passion pour ses ancêtres et, chemin faisant, pour la généalogie.

C’est cette passion qui l’a amenée à écrire un magnifique ouvrage pour fêter le 125e anniversaire de sa paroisse.

Comme quoi l’enseignement mène à tout…, pourvu qu’on puisse en sortir vivant.

Cliquez ici pour lire le blogue de Richard Martineau.


Abraham Martin

Monique, ma cousine éloignée de mes ancêtres Langlois, a réagi à mon article sur Abraham Martin et elle m’a écrit…

Cliquez ici pour lire cet article.

Bonsoir Pierre,

Selon un généalogiste que je connais, plusieurs sites de généalogie comportent des erreurs.  Ce généalogiste n’avait pas le temps de remettre la pendule à l’heure faute de temps, mais je vais m’y attarder dès que possible.  Une chose est certaine, le nom de ‘dit Boisverdun’ s’applique à Jean fils de Noël et non pas à Noël Langlois fils ou père (entre autres).

Noël Langlois père a définitivement eu une fille nommée Marguerite. Cependant, je ne sais pas si elle était l’épouse d’Abraham Martin.  Aucun membre de l’Association des Langlois d’Amérique n’a publié cette information à ce jour.  Sans être fausse, cette information mérite d’être étudiée plus à fond.  Par contre, c’est une belle histoire que la soeur de mon ancêtre Jean dit Boisverdun soit l’épouse de celui d’après qui les Plaines ont été nommées.

À suivre…

Monique

J’ai donc détaché Marguerite Langlois comme sœur de Noël Langlois, un de mes ancêtres. Cette Marguerite a bel et bien existé, mais aucune preuve ne la relie présentement à mon ancêtre Noël.

Mais le plus drôle est à venir…

Comme quoi le destin quelquefois n’est pas au rendez-vous

On se voit vendredi.

Qui est la femme d’assise aux côtés de d’Assise ?

Francine ne lâche pas la patate comme on dit si bien dans le documentaire Les rois de la patate

Elle a sa petite idée sur l’identité de la femme « d’assise » aux côtés de D’Assise Alary, si c’est lui bien sûr…

Ce n’est pas Émilia Beauchamp, car elle ne lui ressemble pas quand on la compare avec d’autres photos.

Francine croit que c’est la belle Aurélie Alary, la soeur de d’Assise, qui serait assise à ses côtés.

Voici en exclusivité son montage photographique photogénétique…

La belle Aurélie…?

Et une partie de son courriel.

Est-ce que ça ne pourrait pas être la soeur de D’Assise: Aurélie Alary née en 1884.
Voici mon montage photo.

En 1913 elle aurait 29 ans.

Bon d’accord, à première vue on ne dirait pas que c’est la même femme.
Disons que le chapeau pourrait y être pour quelque chose.
Mais il y a une petit ressemblance n’est-ce pas?

Et remarque la petite croix dans son cou.

Qu’en penses-tu?

Francine

Ça fait plein de sens…

En tout cas, ça alimente la discussion, car Aurélie est la mère du Père Maurice Pilon dont j’ai parlé plusieurs fois dans mon blogue. Vous voyez mon blogue n’existe que pour vous faire connaître tous ces gens « ordinaires » qui sont d’extraordinaires bâtisseurs et qui sombrent dans l’oubli des replis de la Grande Histoire.