Noël Langlois, Abraham Martin, Monique Langlois et moi…

J’ai trouvé ça sur le site de généalogie d’une famille Langlois.

À l’été de l’année 1634, Noël Langlois immigrait à Québec, en Nouvelle-France.

Il venait ainsi retrouver plusieurs membres de sa famille, notamment sa soeur Marguerite Langlois et son beau-frère Abraham Martin, et son autre beau-frère, Pierre Desportes, époux de sa défunte soeur Françoise.

Aussitôt arrivé en Nouvelle-France, Noël Langlois épousait en premières noces Françoise Grenier, elle-même nouvelle immigrante, le 25 juillet 1634, dans la paroisse Notre-Dame, à Québec.

Le couple «Langlois-Grenier» a vécu un peu plus de 31 ans et s’est terminé avec le décès de Françoise, à Québec, le 1er novembre 1665. Nous savons qu’au moins 8 enfants sont nés de cette union.

Un peu moins d’un an après le décès de sa première épouse, Noël Langlois épousait en secondes noces la veuve Marie Crevet, le 27 juillet 1666, à Château-Richer, près de Québec. Les deux futurs époux avaient d’abord passé contrat de mariage devant le notaire Aubert, le 7 juillet de la même année. Le couple «Langlois-Crevet» se terminait 18 ans plus tard, avec le décès de Noël Langlois le 14 juillet 1684.

Deux des fils de Noël eurent de longues descendances : Jean Langlois est l’ancêtre de Monique tandis que son frère Noël Langlois est le mien.

Ce sont nos ancêtres directs à la 10e génération, ce qui fait que nous sommes des 8e cousins…

Mais le plus important dans tout ça, c’est que nous sommes aussi reliés par alliance au fameux Abraham Martin des fameuses plaines d’Abraham.

Plaines d’Abraham

ABRAHAM (Plaines d’), nom appliqué à tout le plateau qui s’étend sous les murs de Québec et qui est borné au sud par une côte abrupte sur le Saint-Laurent, et au nord par le coteau surplombant la vallée de la rivière Saint-Charles.

Abraham Martin, dit l’Ecos­sais, pilote royal, ou maître Abraham, acquit peu à peu une grande partie du plateau; en 1648 et en 1652, par donation d’Adrien Du­chesne, vingt arpents de terre; en 1650, par concession des Cent Associés, douze autres arpents. Les deux propriétés, bien que vendues dans la suite, conservèrent le nom d’Abraham; l’appellation s’étendit à tout le plateau voisin.

C’est le champ de bataille où périrent Wolfe et Montcalm en 1759 ; et c’est tout proche aussi, en 1760, que M. de Lévis remporta l’éphémère victoire de Sainte-Foy. Les documents français mentionnent plutôt les Hauteurs et les anglais les Plaines d’Abraham.

Source: Louis LE JEUNE, «Plaines d’Abraham », dans Dictionnaire général de biographie, histoire, littérature, agriculture, commerce, industrie et des arts, sciences, mœurs, coutumes, institutions politiques et religieuses du Canada, Vol. I, Ottawa, Université d’Ottawa, 1931,  862p., p. 8.

On raconte plein de choses à son sujet… et on le retrouve sur plusieurs sites dont celui-ci que je vous invite à découvrir :

http://ludovica2.blogspot.com/2006/07/abraham-martin-dit-lcossais.html


Une autre photo mystère…

Cette photo est dans la collection de Simon, le petit-fils d’Imelda Alary.

Circa… je ne le sais pas…, mais je pense qu’on serait dans les années 30

Elle a été prise au Manitoba.

On reconnait D’Assise Alary et Mathias Alary.

D’Assise est le 2e à droite et Mathias est le 2e à gauche dans la 2e rangée.

Voici d’autres photos de Mathias et de d’Assise…

circa… je ne le sais pas non plus…, mais on serait vers 1924

Mathias est en avant à côté de sa femme Juliette Alary.

Selon moi, c’est le jour de leur mariage… Je ne sais pas quand ils se sont mariés.

Mathias et Juliette sont les grands-parents de Mireille Alary qui est membre de mon site de généalogie. Elle fait aussi partie de mes nouveaux amis sur Facebook…

Eh oui ! Je fais du Facebooking moi aussi.

J’avais reçu de multiples invitations, c’est-à-dire trois, et je m’en voulais de ne pas répondre…

Je me suis donc lancé dans cette grande aventure qu’est le facebooking, mais je dois vous dire que je suis un peu déboussolé par toute la complexité et les quelque 350 millions de facebookers qui existent.

Je me sens un peu étourdi comme l’était OSS 117 dans son dernier film OSS 117 Rio ne répond plus.

Ma femme l’avait loué sur Illico et elle est tombée endormie…

Je l’ai enregistré et écouté avec mon fils Nicholas.

On a trouvé ça bon.

Il s’en passe des choses en un an…

J’avais écrit cet article sur mon ancien blogue…

Je suis toujours fasciné par ce qu’on découvre en faisant notre généalogie.

Samedi d’vous parler de mes ancêtres

Samedi le 28 mars 2009

http://nosancetres.monblogue.com/2009/03/28

Je faisais parler mon grand-père qui ne parlait pas beaucoup.

Ce qui est intéressant, c’est ce passage…

Tu ne découvriras peut-être jamais pourquoi j’ai quitté ma première épouse, mais on ne sait jamais, un descendant ou une descendante de la famille de Louis Landry t’enverra un jour un petit courriel et te donnera des pistes.

Si vous lisez mon blogue depuis ce temps, vous savez maintenant toute l’histoire de Maria et de mon grand-père.

Depuis septembre dernier, j’écris une version anglaise de mon blogue dans l’espoir de faire découvrir les racines des descendants Lagacé qui vivent aux États-Unis.

On ne sait jamais…

J’ai mis plusieurs articles dont ceux d’Adolphe Lagasse, fils de Pierre Lagacé et Marcelline David, un entrepreneur de pompes funèbres de New Bedford au Massachusetts dans les années 1900.

J’en avais parlé dans un de mes articles ici.

Je me dis toujours qu’un beau matin, quelqu’un tapera Adolphe Lagasse sur Google et tombera sur mon site.

Ce serait fort intéressant comme découverte, à la fois pour eux et pour moi.

Ce serait tellement plaisant de pouvoir partager ce que je sais.

Hommage à Floribert Lauzon

29 août 1953

Cliquez sur la photo pour l’agrandir

Sylvain Lauzon, un de mes lecteurs, m’a envoyé cette superbe photo du mariage de Floribert Lauzon et Pauline Racine.

Il voulait que je la mette sur mon blogue pour que nous puissions partager cette page importante de la vie de Floribert Lauzon.

Salut Pierre

Je viens d’apprendre le décès de Floribert Lauzon et je me souviens t’avoir déjà envoyé sa photo de mariage. Je te la retourne si tu veux la publier.

Je visite ton blog à tous les jours pour avoir des nouvelles des gens de Ste-Anne puisque j’y suis demeuré toute ma vie jusqu’à 2006.

Napoléon Lauzon, le père d’Adéodat est le frère de mon grand-père, Louis Lauzon.

Mes condoléances à toute la famille Lauzon.

Le décès de Floribert Lauzon a touché plusieurs personnes si on voit le nombre de commentaires laissés sur le site Inmemoriam du Cyberjournal.

1920-2010

Cliquez ici pour voir la fiche généalogique de Floribert Lauzon, descendant de Gilles Lauzon, chaudronnier.

Gilles Lauzon

Originaire de Caen en Normandie, Gilles Lauzon est arrivé en Nouvelle-France en 1653 avec la grande recrue de Montréal.

Il épousa Marie Archambault, fille de Jacques Archambault et de Françoise Toureau, le 27 novembre 1656 à Montréal. Ils eurent 13 enfants, 4 garçons et 9 filles. Il décéda à Montréal le 21 septembre 1687 à l’âge de 56 ans et Marie décéda le 8 août 1685 à l’âge de 41 ans.

Mes ancêtres Langlois

J’en ai appris des choses sur mes ancêtres Langlois grâce à Monique…

J’avais des Langlois dans mon arbre généalogique…

Rosalie Langlois était la belle-mère d’Élise Chartrand, mon arrière-grand-mère maternelle, la mère de Rosina Quesnel. Rosalie était la fille de Jean-Baptiste Langlois et de Catherine Ranger.

Il y a deux ans, j’avais arrêté mes recherches avec Jean-Baptiste Langlois.

Tu devrais aller prendre de l’air de temps en temps…

Mais ma rencontre avec une parfaite inconnue m’avait incité à aller fouiller la généalogie des Langlois.

La vraie seule tentation que j’avais déjà eu d’aller fouiller du côté de la famille Langlois était à cause du nom du propriétaire du salon de coiffure Olympique à Sainte-Anne-des-Plaines. Serge Langlois avait ouvert son salon en 1976 et l’avait baptisé ainsi à cause des Jeux olympiques de 1976.

Cette fois-ci, je n’ai pu résister à la tentation et j’ai demandé à Monique des informations sur sa lignée.

Mon oncle Florent m’avait parlé d’Élise Chartrand il y a deux ans, mais comme j’avais de la misère à entendre, tout comme mon oncle qui avait aussi de la misère à entendre, ça faisait assez drôle de nous regarder parler d’ancêtres et de généalogie.

On se serait cru sur la tour de Babel.

C’est là que je suis allé faire vérifier mon audition et que j’ai compris pourquoi j’avais de la misère à entendre.

Mon oncle aussi est allé faire vérifier son audition depuis et nous nous entendons à merveille…

On se revoit la semaine prochaine, car je vais aller prendre une petite marche et prendre de l’air…

Flore Cardinal… descendante de la famille Limoges de Sainte-Anne-des-Plaines

Je n’ai pas encore de photo, mais voici ce que j’ai trouvé sur Flore-Yvonne Cardinal…

Vaillancourt Armand M          Head         M     May 14     1867     34
Vaillancourt Paul     M             Son            S     Jul 21     1896     5
Vaillancourt Réal     M             Son            S     Jul 17     1897     4
Vaillancourt Marie Jeanne F Daughter S     Sep 16     1898     3

Source Information:
1901 Census of Canada
Subdistrict:    Lachenaie, L’ASSOMPTION, QUEBEC
District Number:    162
Subdistrict Number:    a
Archives Microfilm:    T-6526

On retrouve son mari Armand et ses enfants Paul, Réal et Marie-Jeanne.

Flore-Yvonne ne se trouve pas dans la famille.

Pourtant on indique que Armand est marié.

En allant voir l’image du microfilm, on se rend compte que le transcripteur a mal interprété.

On voit un V à côté du nom du chef de famille. Armand est veuf.

Je pensais l’apprendre à Julie, mais elle le savait…

Bonjour,

Eh oui, mon ancêtre Flore-Yvonne est décédée très jeune, de consomption ou d’une maladie semblable.

Par contre, on célébrait l’anniversaire de ma tante Jeanne (Marie-Jeanne) le 9 septembre, je ne sais pas s’il y aurait eu erreur de transcription de date lors du recensement de 1901.

Jeanne est décédée en juillet 1994. Avant son décès, ma sœur et moi gardions espoir d’avoir quelqu’un dans notre famille qui vivrait vécu ‘trois’ siècles.

Flore Yvonne Cardinal a des liens avec Sainte-Anne-des-Plaines.

Elle est la fille d’Euclide Cardinal et de Marie Limoges, fille de Louis-David Limoges et Marie-Anne Filion.

Louis-David est le frère de Hyacinthe Limoges.

Hyacinthe est le père de Marie-Louise Limoges qui a marié Benjamin Bohémier.

Ce couple s’est installé au Manitoba dans les années 1880 et ont fondé une famille là-bas.

1897

J’avais écrit plusieurs articles sur ceux-ci.

Voici le premier article sur mon ancien blogue.


Mélina Simard ou… Mais cette fois-ci, je ne partirai pas à leur recherche…

Pour comprendre le titre, il faut lire cet article en premier…

Qui est Mélina Simard ?

Elle est la fille de François Simard et de Justine Gratton.

Elle est aussi la soeur de Damien, de Cordélia , d’Hormisdas, de Wilfrid, de Dunois et d’Alphonse.

Mon lecteur discret m’a envoyé plein de photos l’année dernière.

J’avais déjà dans ma collection de photos celle de François Simard.

fiche de François Simard

Il a marié en premières noces Angélique Valiquette et Justine Gratton en secondes noces.

Je vais demander la permission avant d’aller de l’avant avec la généalogie de la famille Simard, car sans les photos, la généalogie perd un peu de son attrait.

Revenons à Mélina Simard et à la photo prise à Winnipeg.

Il doit y avoir un lien entre cette photo et celle-ci…

D’Assise Alary s’est rendu au Manitoba.

Il est sans doute aller voir son oncle Damase ou sa famille.

Damase Alary est décédé le 31 décembre 1911. J’ai trouvé cette information sur le site My Heritage d’une autre personne.

Elle avait l’air de savoir de quoi elle parlait.

Je crois que la photo a été prise après 1911 et l’homme assis à droite n’est pas Damase.

Mais qui est-il? Et pourquoi on ne voit pas Mélina pourtant morte en 1933 ?

Quand à la famille Courcelles, j’ai tout trouvé.

Au diable la présomption !

Elle n’a pas par contre de racines à Sainte-Anne-des-Plaines… sauf comme voisins de la famille Alary au Manitoba en 1901.

Réunion de famille vers 1906

C’est une des premières photos d’Yvon ou plutôt de sa tante Germaine qu’il affectionne beaucoup


[en choeur] Cliquez sur l’image avant qu’il ne vous le dise encore…!

C’est une réunion des familles Labelle et Coursol.

Une de mes lectrices me l’a envoyé pour me demander si l’abbé Delorme était sur la photo.

J’ai regardé attentivement, mais je ne l’ai pas trouvé.

Sauf que…

J’ai reconnu deux nouvelles personnes que je n’avais pas reconnu en août 2008.

Le premier est Isaac Coursol fils, le frère d’Anastasie, la femme de Barthélémy Labelle rendu célèbre par vous savez quoi…

J’ai envoyé la photo à Yvon avec mes deux découvertes : Joseph Coursol et Isaac Coursol fils.

Bonjour Pierre,


Bravo pour Isaac Coursol, je crois que tu as visé juste!

Pour ce qui est de Joseph, je crois que vous avez également raison.

Ne trouves-tu pas que l’oncle et le neveu se ressemblent beaucoup.

Ce qui me fait penser que la femme de Joseph, Valérie Lauzon (née en 1849?, soeur d’Aquila) serait peut-être sur cette photo, puisqu’elle est décédée en 1916, l’année précédant le mariage de tante Bernadette.

Je n’ai pas de photo certifiant à quoi ressemblait cette Valérie.

Ce couple n’a jamais eu d’enfant.

Ils se sont même occupés un bout de temps de la ferme de la fabrique de Ste-Anne, car ils y sont demeurés quelques années avec leur frère Edmond.

C’était Joseph qui avait payé les études d’Edmond pour devenir curé.

À la gauche de Joseph, le monsieur semble un peu plus âgé et serait probablement un Coursol ?  Sûrement que les enfants de Barthélémy y sont présents.

Je vous envoie par la même occasion la photo de M. Joseph Coursol décédé en 1932?

Bonne journée!

Yvon L.

P.S. Pour le déjeûner du 20 mars, c’est diguidou!

Voici la photo de Joseph Coursol.


Demain, on déjeune au restaurant Au Gré des Jours. Nous serons huit. On honore nos ancêtres et les vôtres.

Tout un micmac…

Vous connaissez Marguerite Amable Charron?

Alors vous devez sûrement connaître Margte Amable Charon.

Non…

Marguerite Charon dit Larose?

Marguerite Larose dit Cabana?

Marguerite Cabana?

Ce serait la même personne.

Elle serait la femme de Jean-Baptiste Coursol, fils de Jacques Coursol et de Marguerite Montreuil.

Jean-Baptiste et Marguerite auraient eu ces enfants : Jean-Baptiste, Louis, Pierre et  Judith.

Probablement d’autres aussi, car dans le temps les familles étaient nombreuses.

On voit son nom écrit de plusieurs façons dans les registres paroissiaux. Heureusement qu’ils n’étaient pas écrits en latin comme en Suisse…

Toujours est-il que je pensais m’être trompé comme ce fut le cas avec les parents d’Isidore Therrien, un des ancêtres de Ronald Alary.

Heureusement Michel Chartrand m’a donné un bon coup de main afin d’élucider tout le mystère.

Tout ça pour dire qu’en généalogie on n’est jamais trop certain.

Fromagiers de la Table ronde, allons voir si le fromage est bon…

Bon ok !

Je vous l’accorde, j’aurais pu trouver un meilleur titre comme Dégustation généalogie et fromage, mais encore là, tout le monde m’aurait quand même vu venir avec mes grands sabots… et mon fromage

Pierre et ses sabots

Parlons donc des ancêtres de Ronald Alary notre fromagier de Sainte-Sophie.

Premièrement Ronald semble en savoir autant côté ancêtres que côté fromage.

En tout cas, il en savait pas mal plus sur ses ancêtres que je le pensais, tout comme sa nièce Caroline d’ailleurs.

Bonjour Pierre,

Merci pour la pub!

Je travaille maintenant avec Caroline sur notre généalogie.

Après avoir fait une recherche sur Rootsweb, j’ai remarqué une différence de
noms et de date de naissance avec ton site de l’arrière grand-père de ma
grand-mère Marie-Joseph Latour: les parents d’Isidore Therrien.

J’ai aussi remarqué que, comme mon épouse, France Dion, j’ai Conrad Milker
comme ancêtre du côté encore de ma grand-mère Marie-Joseph Latour.

À bientôt!

Ronald Alary
Fromagiers de la Table Ronde

Ronald a donc des ancêtres allemands tout comme Julie.

Pis moi qui me disait que mon histoire de l’invention de la poutine et de Monsieur Burger était uniquement le fruit de mon imagination délirante…

Laissons le passé de côté… à moins que cette histoire vous intéresse…

Les Belles histoires d’un petit village
au sud des Pays d’en Haut
épisode 1

Imaginez-vous que j’avais fait une erreur, pas dans le choix des fromages que j’ai achetés, mais une erreur que tout généalogiste amateur fait à ses débuts…

Celle d’aller trop vite et de sauter aux conclusions.

J’avais trouvé comme parents d’Isidore Therrien, François Therrien et Judith Archambault au lieu de François-Xavier Therrien et Marie Archambault.

Pire encore, je me suis rendu compte que j’avais aussi les mauvais parents de Mathilde Therrien, la femme de Calixte Chaumont, les ancêtres de Doris Chaumont qui nous a rendu visite l’été dernier.

No ancestors in there?

Encore plus pire… (sic)

J’ai des gens qui se sont fiés sur moi pour établir leur arbre généalogique.

Tout un micmac !

Mais comme je suis une personne humble de nature, je n’ai aucun mal à reconnaître mes erreurs et mes défauts, même s’ils sont génétiques.

Que voulez-vous, je suis comme mon ancêtre André Mignier… vite sur la gâchette.

On se revoit plus vite que vous ne le pensez, car j’ai encore plein d’articles qui attendent à être mis en ligne.

Pour ceux qui se seront laissés tenter par mon histoire de l’invention de la poutine, voici le 2e article…

Les Belles histoires d’un petit village
au sud des Pays d’en Haut
épisode 2

Les Belles histoires d’un petit village
au sud des Pays d’en Haut
épisode 3

Les Belles histoires d’un petit village
au sud des Pays d’en Haut
épisode 4

Parlant d’humilité, si vous tapez exactement l’expression l’invention de la poutine  sans mettre de guillements sur Google, vous trouverez mon histoire en 7e position. Mettez-y des guillemets et je passe en 4e position.

Je me dis toujours, en autant qu’un élève ne prenne pas mon histoire pour faire sa recherche sur la poutine et présente ça à sa classe…