Les Belles Histoires de Ste-Anne-des-Plaines : La rivalité Canadiens-Nordiques

Voici la dernière période de l’histoire des Nordiques de Sainte-Anne-des-Plaines. Cliquez ici pour la deuxième.

12  mai 2008

Une des plus sombres périodes de l’histoire des Nordiques s’est produite en 1864, lors du fameux match du Vendredi Saint.

La bataille du Vendredi saint fut l’apogée de la rivalité Canadiens de Saint-Lin et Nordiques de Sainte-Anne-des-Plaines…

Wo Wo Capitaine…

Eh oui, Saint-Lin avait aussi son équipe. Celle-ci déménagerait à Montréal en 1908.

Les Canadiens de St-Lin et les Nordiques de Ste-Anne-des-Plaines s’affrontèrent pour la première fois le 13 octobre 1859 au Forum de St-Lin. Les Canadiens gagnèrent le match 3 à 1, mais les Nordiques eurent leur revanche le 28 octobre au Colisée de Ste-Anne.

En 1862, la première confrontation Nordiques-Canadien en séries éliminatoires créera un engouement jamais vu. Lorsqu’elle enfile le but victorieux dans le cinquième match décisif de la demi-finale de division, l’équipe de Sainte-Anne-des-Plaines vient d’imposer le respect et de donner le signal du début de ce qui, très bientôt, divisera les familles et tout le territoire du sud des Pays d’en Haut en deux clans.

Ce fut le début de la rivalité Canadiens-Nordiques ou Nordiques-Canadiens, dépendant de quel bord de la clôture que vous étiez…

Cette rivalité allait déchaîner les passions dans la région des Basses-Laurentides pendant une quinzaine d’années.

Cette rivalité atteindra son paroxysme le 20 avril 1864 au Forum de St-Lin à l’occasion du sixième match de la finale de la division des Pays d’en Haut. Saint-Lin menait alors la série trois victoires à deux.

Des événements disgracieux eurent lieu au terme de la deuxième période. Les Nordiques avaient une avance de 2 à 0 et semblaient dominer la rencontre. Au cours du deuxième engagement, un joueur des Nordiques, dont je préfère taire le nom pour éviter des représailles à ses descendants, chargea à deux reprises le gardien des Canadiens. Les esprits s’échauffèrent. Une première bagarre éclata entre deux joueurs. Au moment où l’altercation semblait terminée, le joueur des Nordiques assomma celui du Canadien d’un coup de poing sournois à la tempe, ce qui déclencha le début des hostilités entre les deux clubs.

Une fois que les deux équipes eurent regagné leurs vestiaires respectifs, l’arbitre distribua les pénalités. Inexplicablement, il attendit leur retour sur la patinoire pour les faire connaître. Ainsi, des joueurs expulsés après la première altercation participèrent à la seconde bagarre générale.

Une fois le calme revenu, l’arbitre décerna 198 minutes de pénalités, 94 à Saint-Lin, 104 à Sainte-Anne-des-Plaines, et douze joueurs furent expulsés. Cette bataille fut le point tournant de la rencontre. Saint-Lin combla son retard de deux buts, puis l’emporta 5 à 3 et élimina les Nordiques.

Les deux équipes ne se rencontreront que quatre autres fois en séries. Le choc de 1864 demeure, à ce jour, le plus mémorable dans l’esprit des plus ardents partisans des Nordiques comme de ceux du Canadien.

L’année suivante, en 1865, les Nordiques s’offrirent une douce revanche en éliminant le Canadien dans le septième match. Et que dire de 1867? Le but refusé fait encore jaser dans les chaumières. Les Nordiques eurent d’ailleurs beaucoup de mal à se remettre de ce revers amer. Suivront des années de vache maigre, où l’équipe éprouva toutes sortes de difficultés. Les Nordiques devinrent les Nordindes!

Il fallut attendre le printemps de 1873 pour que la flamme se ravive. En demi-finale de division, Sainte-Anne-des-Plaines s’imposa lors des deux premiers matchs, créant la surprise face au Canadien qui venait de connaître une très bonne saison. Avec de nouveaux joueurs, on sentait un vent d’optimisme. Mais c’est le moment qu’avait choisi un certain jeune gardien pour livrer l’une des plus incroyables performances de sa vie.

Le dernier face-à-face eut lieu à Sainte-Anne-des-Plaines, le 26 avril 1875. Un verdict nul de 1-1 qui laissa tout le monde à la fois triste et indifférent. La nouvelle réalité économique du sport professionnel avait sonné le glas des Nordiques. Avec leur départ annoncé pour le Colorado et devenir les Avalanches, c’était toute une époque qui s’envolait avec eux. Et depuis, les nouveaux Canadiens de Montréal et ses fans se cherchent encore un adversaire qui soulèvera les passions.

Bon, je le savais, je me suis laissé emporter et j’ai oublié de parler des Gratton, fiers descendants de Sulpice.

On s’en va donc en surtemps…

Si ça continue, on va se rendre jusqu’en juin et on va encore parler hockey, et moi qui voulait vous parler de poutine.

Si vous n’avez pas cliqué sur les hyperliens dans mon article, vous avez manqué quelque chose! Voici tous les vidéos d’archives de Radio-Canada. Allez dans Thématiques, ensuite Sport et hockey.

About these ads

Une réflexion sur “Les Belles Histoires de Ste-Anne-des-Plaines : La rivalité Canadiens-Nordiques

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s