La soirée du hockey : Gratton, Dubi et Friederich…

Des fois je me dis que je devrais me partir un autre blogue, mais cette fois-ci sur le hockey…

J’aurais tellement de choses à dire sur ce que je vois sur mon beau sport national, mais là je pense à mon grand-père Léo et à son problème de jeu compulsif, et puis je me calme…

Si vous êtes ici, ce n’est sûrement pas pour que je vous parle de moi…, et de mes ancêtres, mais bien de la GDF, la fameuse ligne Gratton, Dubi et Friederich.

La voici finalement cette fameuse photo de la fameuse ligne Gratton, Dubi et Friederich que Jean-Charles qui habite en Suisse m’a envoyée…


Voici un texte trouvé sur Internet qui résume la saison 77-78.

Je n’invente rien pour une fois…

Une histoire digne du film Slapshot!

Résumé de la saison 1977-1978

La campagne des transferts n’est pas très heureuse cette saison.

Alors que Lausanne cherche les deux ou trois renforts qui pourraient lui permettre de passer l’épaule (en comparaison de la saison précédente), Genève Servette monte une équipe à grands renforts financiers et complique la tâche des clubs moins fortunés (ca rappelle quelque chose.

Les départs de Roccati et Wicky sont tout juste compensés, l’équipe ne paraît pas mieux armée que la saison précédente. Elle se complète au banc d’un ancien joueur, reconverti dans un rôle de coach et qui devra, dans l’ombre, prendre les décisions tactiques importantes pendant la saison.

Le championnat est modifié cette année : les 16 équipes de LNB vont se rencontrer en matchs aller-retour, en un seul groupe, et le champion sera promu en LNA.

Après deux matchs où Gratton, Dubi et Friederich étaient répartis dans différentes lignes, LHC subit la pression de Zug dans un match entre deux candidats sérieux aux places d’honneur. A l’arrivée du 3e tiers, Zug mène 3:0 et Claude Schenker décide de reformer la ligne GDF. LHC remonte les 3 longueurs de retard, dans un silence de cathédrale. Alors que Réal Vincent a encore des doutes sur cette tactique, le match suivant apporte une réponse définitive : Viège mène 3:0 à la fin du 1er tiers et Schenker décide logiquement à nouveau de remettre ensemble ses trois buteurs, assistés de Réal Vincent en défense. Le tiers médian est neutre (2:2) mais la ligne de parade donne la victoire lors du 3e tiers, marquant par 4 fois.

Après 5 matchs et ces hésitations, Genève Servette tient le rôle de leader, LHC a 3 points de retard.

Le déficit s’accroit encore (Dubi est blessé) et LHC compte 5 points de retard sur l’équipe du bout du lac, ce à la veille de se rendre aux Vernets. Alors que le pire est à craindre (Dubi sur la glace, mais sous piqûres, 2:0 pour GS après 6 minutes, puis Vincent expulsé 10 minutes pour méconduite), les Lions montrent leur force de caractère et leurs réelles capacités. LHC a enfin trouvé son rythme et sa capacité à maîtriser le jeu, ainsi qu’à renverser la vapeur : sur les 22 matchs suivants, les Vaudois ne vont plus concéder que 2 défaites et 2 nuls, même si ils ont été menés 11 fois à la marque à l’entrée du 3e tiers.

Après la défaite contre Davos (dans un froid sibérien de moins 21 degrés), LHC est maintenant à 6 points du nouveau leader Zürich, et à 3 de Zug.

À  la mi-saison, LHC ne compte plus que 5 points de retard sur Zürich, et un point d’avance sur Zug. Après un départ très quelconque, les Lausannois ont bien redressé la barre.

La marche triomphale du 2e tour peut commencer, malgré l’absence de Dubi blessé qui ne reviendra que lors du match LHC-Zug.

Neuchâtel ne représente pas un obstacle trop compliqué, Lugano abdique, puis c’est à nouveau le match de tous les dangers contre Genève.

Menés tout au long du match (y compris de deux longueurs), les Vaudois ne renoncent pas et reviennent méthodiquement coller au score. Le match nul est dans ce contexte un résultat satisfaisant, d’autant que Zürich enchaîne les revers.

LHC, ex-aequo avec Zug, n’est plus qu’à deux points du leader.

Après la pause de Noël et les victoires contre Lucerne et Villars, LHC est ex-aequo avec Zug et Zürich … juste avant de les rencontrer pour des matchs qui vont probablement décider de la saison.

A Montchoisi, devant presque 7000 spectateurs, LHC peine face à Zug. Menés 0:2, les Lausannois vont encore réussir à renverser la vapeur, se trouver à 4:4 en fin de match avant que Dubi, tout juste revenu de blessure, ne trompe une dernière fois la vigilance du portier zugois à une minute de la sonnerie finale.

Après l’intermède de Viège, Lausanne monte à Zürich pour ce qui restera un des premiers opus du hockey tactique.

Sous la direction de son entraîneur, l’équipe réussit à museler les vedettes zürichoises et Andrey s’oppose aux quelques attaques qui franchissent la ligne de défense. Friederich, Joliquin, Domeniconi puis Gratton donnent alors à Lausanne la victoire synonyme de place de leader.

Après une victoire laborieuse sur Rapperswil, les Lions font preuve de trop de présomption face à la lanterne rouge de Morges. Ils ramènent quand même les deux points de la victoire, grâce à deux réussites de Gratton en fin de 3e tiers.

Puis c’est l’échec contre Olten, un point d’égaré qui permet aux poursuivants de recoller à une longueur de Lausanne. On a l’impression alors que l’objectif de la promotion est trop lourd pour les joueurs, mais la mécanique se remet en marche.

Fleurier et Sion sont balayés. Zürich et Zug sont à trois longeurs, Davos à 2 seulement.

Le match du 28 février 1978 sera donc décisif entre Lausanne et son dauphin.

Plus de 7000 personnes peuplent les gradins pour ce rendez-vous capital. Bien que Lausanne ouvre la marque puis double rapidement la mise, le score est de 3:3 à la fin du premier tiers. Le 2e tiers tourne à l’avantage des locaux, qui mènent alors 5:3. Davos revient à 5:4 à la 41e minute puis bénéficie d’une supériorité numérique … qui va les achever, grâce à un but de Friederich en infériorité à la 42e. Les Davosiens ne s’en remettront pas, Dubi et Gratton vont alors parachever le chef d’œuvre.

Ce soir, Dubi a marqué 3 buts, Gratton 2, Friedo 2 et Vincent 1. La GDF est définitivement entrée dans l’histoire.

Le dernier match n’aura plus d’importance, LHC est champion de LNB et promu en LNA.

Cette saison, Gratton termine meilleur compteur de LNB (61 buts, 35 assists), Friederich 2e (49 buts, 45 assists) et Dubi 5e (19 buts, 38 assists).

Ma parole…

Toute une saison de rêve.

J’espère que les joueurs du Canadien lisent mon blogue…

Je comprends que Jean-Guy est considéré comme un dieu aux yeux des fans du Lauzanne Hockey Club.

Allez voir sur ce site les faits marquants de cette équipe…

Samedi prochain, je vais vous remettre en ligne les articles de la fameuse rivalité Canadiens de Saint-Lin et Nordiques de Sainte-Anne-des-Plaines afin de vous aider à comprendre le lien.


J’ai de nouveaux lecteurs et de nouvelles lectrices qui ne savent plus où donner de la tête sur mon blogue.


About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s