Raoul Laverdière m’a écrit…

Comme je le disais à mon fils Nicholas, celui qui était allé sortir ses toasts quand je lui ai parlé de son grand oncle, marin sur l’Athabaskan

« Je ne sais jamais où toutes mes histoires vont m’amener. »

Monsieur Laverdière, mon blogueur du rez-de-chaussée, m’a écrit, tout comme sa sœur, pour me donner des informations sur Saint-Lazare-de-Bellechasse.

RaoulLaverdiere

Raoul m’a envoyé la semaine dernière une copie d’un texte paru en 1949 (j’étais alors âgé de seulement quelques mois).

Ce texte est de la plume de Georges-Marie Bilodeau, prêtre de Saint-Raymond. Il fait la généalogie de la famille Bilodeau et le texte est tout à fait  savoureux à lire.

Je vais donc partager avec vous, tous les lundis, ce que l’abbé Bilodeau raconte sur ses ancêtres.

Ça va être long, je vous le dis d’avance, mais vous ne serez pas capable de décrocher…

Je vous aurai averti.

On commence demain

J’ai trouvé ça sur Monseigneur Bilodeau…

BILODEAU, Octave

Missionnaire-colonisateur, écrivain, essayiste (Saint-Lazare-de-Bellechasse, Québec, 2 octobre 1895 – Saint-Ravmond-de-Portneuf. Québec, 2 octobre 1966).

Octave Georges-Marie Bilodeau étudie au Petit Séminaire de Québec, au Québec, à l’Université d’Ottawa, en Ontario, et au Grand Séminaire de Québec avant d’être ordonné prêtre en 1923.

Affecté au Séminaire des vocations tardives de Saint-Victor-de-Beauce au Québec, il enseigne la rhétorique, le chant et la diction et fait jouer plusieurs pièces de théàtre dont il est l’auteur.

En 1926, il est nommé missionnaire colonisateur à Prince-Albert, en Saskatchewan, puis dans diverses régions de l’Ouest canadien. En 1931, le ministère de la Coloni­sation du Québec l’invite à participer au défrichage de nouvelles terres et à l’ouverture de paroisses rura­les au Québec. II fonde, par la suite, les villages de Saint-Émile-d’Auclair et de Lejeune dans le comté de Témiscouata et, l’année suivante, ceux de Sainte-Gertrude-de-Vilmontel et de Vautrin. Il est nommé curé de Rivière-à-Pierre en 1937 puis de Saint-Raymond-de-Portneuf où il s’éteint en 1966.

ŒUVRES

Pour rester au pays. Étude sur l’immigration des Canadiens français aux États-Unis. Causes. Remèdes (1926). Prix de Liaison française et Prix d’Action intellectuelle

Le vrai remède. Étude sur la crise actuelle. Remèdes proposés (1931)

La profession agricole (1932)